« première victoire » selon les opposants

Publié le par Arnaud

Lutte contre les porcheries industrielles en Flandre : une « première victoire » selon les opposants

dimanche 15.08.2010, 05:09 - La Voix du Nord

 

 

|  ENVIRONNEMENT |

Il est rose et dodu, mais il sent mauvais et polluerait les cours d'eaux. Le cochon, à grande échelle, ...

n'est pas le bienvenu en Flandre où plusieurs projets industriels provoquent la colère des riverains. Une histoire qui dure, déjà, depuis plusieurs mois.

Dans ce feuilleton, le tribunal administratif de Lille vient de rendre une décision qui pourrait faire date, selon l'association de Défense de l'environnement de la Flandre intérieure (DÉFI) qui caracole en tête des contestataires. Le tribunal vient en effet de suspendre l'arrêté du préfet qui autorisait une exploitation de plus d'un millier d'animaux à Houtkerque, tout près de la frontière belge. Concrètement, le dossier est donc actuellement bloqué.

 

Une jurisprudence ?

Pas un mince soulagement pour Virginie Wallet. Son histoire est celle de dizaines d'autres riverains. Institutrice, à la recherche d'un cadre de vie agréable, elle a pris connaissance du projet, deux mois seulement après avoir acheté la maison de ses rêves... située juste en face du corps de ferme où doit s'installer l'exploitation. « On sait que ce n'est pas fini, mais c'est une première victoire. On souffle un peu », réagissait-elle hier.

 

La préfecture, dont les services étaient injoignables hier, a quinze jours pour déposer un recours. Mais la symbolique est d'ores et déjà importante pour les Verts du secteur et Edmond Kociszewski, président de DÉFI : « On a mis pas mal de billes dans le système, on a bloqué l'arrêté. On va reprendre complètement le dossier pour tenter de casser l'arrêté sur le fond. » Ce qu'il espère ? Une jurisprudence. « Cela montre que nous avons désormais dans le Nord une association costaude, capable de contrer des décisions administratives. » Au tribunal, l'association avait fait valoir que le projet de porcherie était trop proche des habitations et que la route n'était pas adaptée pour recevoir un trafic important. « On ne se bat pas contre les agriculteurs mais contre les services préfectoraux qui n'ont pas les moyens de contrôler correctement les projets de porcheries », affirme le président de DÉFI.

 

L'ordonnance du tribunal fait état « des insuffisances du dossier de demande d'autorisation, dans lequel il manque un état précis et incontestable de la distance séparant les annexes de la porcherie de la maison d'habitation (...) et une analyse complète de l'incidence de l'exploitation de la porcherie sur l'augmentation du trafic routier ».

 

Hier, le virulent Edmond Kociszewski prévenait : « Pour n'importe quel dossier, nous irons au tribunal administratif ! » En Flandre, d'autres projets de créations de porcheries sont en cours, notamment à Noordpeene et Bambecque. Pour DÉFI, la bataille contre les porcheries industrielles continue : « On a démontré que le dossier d'Houtkerque était vérolé. On veut faire la même chose pour Bambecque et Noordpeene.

 » •

RAPHAËLLE REMANDE

Commenter cet article