rien que devoir se poser la question en dit long sur notre gouvernement!

Publié le par Arnaud

Les enfants étrangers sont-ils des humains comme les autres ?


La Déclaration Universelle des Droits de l’Homme de 1948 est formelle : "Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits (…) [ils] doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité". Mais en 1987 la Convention Internationale des droits de l’Enfant (CIDE) a dû préciser avec vigueur et en détail que les enfants aussi sont des êtres humains ! A considérer ce que doivent subir en France les enfants d’étrangers dont le seul crime est d’être en séjour irrégulier, oui, la question se pose.

 

"L'enfant, en raison de son manque de maturité physique et intellectuelle, a besoin d'une protection spéciale et de soins spéciaux, notamment d'une protection juridique appropriée, avant comme après la naissance", indiquait le préambule de la Convention votée à l'unanimité à par l'Assemblée générale des Nations Unies le 21 novembre1987. Cela fait 20 ans cette semaine.

 

 

Dans le cours de la "gestion des flux migratoires" (lire : expulsion des étrangers qui n’ont toujours pas réussi à obtenir un titre de séjour), des enfants, isolés ou en famille, se trouvent fatalement mêlés aux drames vécus par les adultes. Arrestation, mise en rétention, expulsion du père ou de la mère, expulsion en famille, la panoplie de la persécution des innocents est riche.

 

 

Le Code de l’entrée et du séjour des étrangers et des demandeurs d’asile (CESEDA) ne permet l’éloignement du territoire de ressortissant étrangers qu’à la condition qu’ils soient majeurs. Et la CIDE, dont la France est signataire, prévoit que, dans toute décision administrative concernant un enfant, son intérêt supérieur "doit être une considération primordiale".

 

Des centaines, peut-être des milliers de mineurs étrangers errent dans notre pays, faute de lieux d’accueil et d’encadrement. Afghans, roumains ou autres, beaucoup ont moins de 16 ans. Le ministère de l’immigration a mis en place depuis plusieurs mois un groupe de travail sur la situation des "mineurs étrangers isolés". Un collectif de plusieurs dizaines d’organisations, dont certaines ont été invitées à ce débat, avaient remis aux membres du groupe des recommandations Pour une application du droit commun dans la prise en charge des mineurs isolés étrangers en quête d’asile et de protection. Regrettant que la nécessité de respecter en toutes circonstances les droits des mineurs ne soit pas retenue par l’administration, ces organisations lancent un appel sous forme de question : Mineurs isolés étrangers : quelle protection ?.



Des enfants sont presque quotidiennement enfermés dans des centres de rétention administrative (CRA) en vue d'être expulsés avec leurs parents. Selon La Cimade,

  • "En 2006, 97 familles, comptant pas moins de 201 enfants sont pourtant passées par les centres de rétention en France. Chacun de ces enfants n’est qu’un “accompagnateur” de ses parents. De fait, ces enfants n’existent pas, ni dans les statistiques ni dans les registres officiels des CRA".

  • "En 2007, 242 enfants de tous âges sont passés derrière les grilles et les barbelés des centres de rétention français". Au mois d’octobre 2007, à la suite du placement en rétention d’un nourrisson de trois semaines au CRA de Rennes, "la cour d’appel de Rennes a pour la première fois affirmé et reconnu qu’une telle décision constituait un traitement inhumain et dégradant au sens de l’article 3 de la Convention européenne de sauvegarde des libertés fondamentales et des droits de l’Homme".

  • "En 2008, 118 couples ou adultes seuls ont été placés en rétention avec au total 222 enfants. 78% des mineurs accompagnants (…) ont moins de 10 ans. 26 d’entre eux ont moins d’un an". "Des familles et des enfants [sont] arrêtés chez eux au petit matin, parfois à la sortie de l’école, puis placés en garde à vue, enfermés dans des centres de rétention et expulsés". Le pouvoir veut croire que la mesure d’éloignement sera mise à exécution en quelques heures après le placement des familles. "Pourtant, si une majorité des familles ont été reconduites ou libérées dans les 48 premières heures, 40% [des enfants] sont restés entre 3 jours et 32 jours".

 

Pour finir (provisoirement ?) sur ce sujet Ouest France relate une histoire où l’absurde le dispute au ridicule, aux frais d’un gamin de 10 ans qui n’y comprend plus rien. Il est portugais, sa mère, africaine, a un titre de séjour au Portugal. A ce titre, elle peut venir en France comme elle veut, mais pas s’y installer. Pourtant elle vit à Yvré-l'Évêque, près du Mans avec son compagnon, portugais lui aussi, depuis près de dix ans. Son fils et son compagnon ont le droit de vivre et de travailler en France. Elle, non. Le préfet a peut-être besoin de boucler son quota d’expulsion en fin d’année. Il tente donc de l’expulser… vers le Portugal, d’où elle peut revenir tout à fait légalement le lendemain.

Publié dans Enfance Jeunesse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article