retour sur "une pandémie" qui coute chère...

Publié le par Arnaud

Marie-Christine Blandin et les leçons

d'une « pandémie » trop vite annoncée

 

mercredi 23.06.2010, 05:07 - H. F.

 

La sénatrice verte a présenté son rapport. PHOTO MAX ROSEREAU

| SANTÉ |

 

La sénatrice verte du Nord Marie-Christine Blandin et le député UMP Jean-Pierre Door ...

 

ont présenté hier leur rapport sur la « gestion des pandémies », réalisé pour l'Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques.

 

Ayant auditionné quelque trois cents spécialistes depuis un an, les deux rapporteurs ont analysé comment un « environnement fébrile » alimenté par l'épisode récent de la grippe aviaire avait conduit à un manque de rigueur dans l'évaluation des risques. « Au Mexique, on a fait état très vite de centaines de morts. Quatre jours après l'alerte, un journal médical britannique parlait de 1 844 cas de pneumonies graves et 150 décès.

 

Il n'y a eu finalement que 26 cas confirmés. » Pourquoi un tel décalage ? « Parce que, selon Mme Blandin, on a beaucoup plus écouté les virologues et les biologistes que les médecins sur le terrain. » Tout le monde est d'accord pour dire aujourd'hui que le virus H1N1 est « légèrement pathogène ». « Cela aurait été bien de nous le dire avant qu'on commande 94 millions de doses », relève la sénatrice. Avec des études sérologiques sur les donneurs de sang, ajoute-t-elle, on se serait vite aperçu que les personnes nées avant 1957 avaient une immunité acquise, ce qui aurait aussi permis de minorer ces achats.

 

Conseil à la ministre

 

Mise en cause aussi, la rapidité de l'OMS pour déclencher le niveau 6, seuil de lancement de la fabrication des vaccins dans les précontrats passés par les États avec les laboratoires. Pour éviter de répéter les mêmes erreurs d'évaluation, la sénatrice a notamment un conseil à donner à Roselyne Bachelot : « Qu'elle ne s'entoure plus seulement de virologues et d'épidémiologistes et qu'elle écoute les acteurs de terrain. »

 

Si l'évaluation des ministres avaient été mise en place comme souhaité par notre Président, quelle note aurait obtenu Madame Bachelot sur ce dossier ?

Publié dans Santé

Commenter cet article