prévenir les risques...

Publié le par Arnaud

Pendant que la Vendée et la  Charente Maritime pensent leurs plaies après un week-end endeuillé, viendra le temps des causes. Dés à présent  deux raisons émergent : digues fatiguées qui n’ont pas à certains endroits résistés et la poursuite de constructions de logements dans des zones inondables.

 

Devons nous attendre la catastrophe…

 

Malheureusement notre territoire n’est pas à l’abri d’une convergence d’événements (vent et coefficient de marée élevés) mettant à rude épreuve nos installations. Nous pouvons même dire la vulnérabilité de notre littoral. Force est de constater que l'Institution Interdépartementale des Wateringues a besoin de batailler ferme pour obtenir les subventions nécessaires quant à l’entretien indispensable des installations. Autre point d’étonnement (pour ne pas dire plus), la construction de nouveaux lotissements aux Moeres, zone des plus sensibles de notre territoire à -2m50 du niveau de la mer !

 

Nous avons donc besoin sur notre territoire d’une prise de conscience rapide sur de tels phénomènes…

Publié dans dossier wateringues

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Marc 04/03/2010 15:26


Comme dirait Omar sur C+ "Sarko peut-il prendre de la hauteur".

Et Fred répondrait "Tu vas avoir des problèmes, toi!"

Marc.


Arnaud 04/03/2010 15:51


excellent!


Marc 04/03/2010 14:48


Pour moi, c'est tout ça, l'INSECURITE!

Nis maires savent pour les wateringues, le préfet aussi...mais rien ne se fait.

Marc.


Arnaud 04/03/2010 15:13


le risque d'inondation doit devenir l'une des priorités. Malheureusement cela fait longtemps qu'on le dit et l'État n'a pas encore pris la "hauteur" du risque...


alf 01/03/2010 17:39


enfin,
la vraie preocupation politique environnemental de notre westhoek est la gestion des polders (de moeren)
je reste dubidatif  depuis longtemps que seul jean schepman  s'alerte.
les swintche et autres desagrements sont regles par des associations d'interets particuliers et ils ont raisons
mais que fait un parti et ses militants qui veut remettre l'homme dans son element ,surtout  ici
connaissez vous l'etat réel des wateringues , beques , moulins de pompage et bassins de retention
de la pollution des canaux
et créez un veritable dispositif entre les 2 parties de la flandre concernée (france et belgique)
cordialement
alf 


Arnaud 01/03/2010 23:59


Comme je le dis dans la note l'institution des wateringues se bat, donc son Président Jean Schepman, pour son financement. Le revoie sur son blog n'est pas inodin. Les assocviations
environnementales alertent elles aussi depuis bien longtemps sur l'état écologique des cours d'eau notamment à l'interieur des sage. Des études sur l'yser vont être approfondie.