on ne peut pas ne pas agir pour continuer à répondre aux difficultés des gens

Publié le par Arnaud

 

Il n'y a aucune contradiction entre l'article ci-dessous de Madame Cadart maire de Oost Cappel et l'action proposée par des citoyens sur Hondschoote, dommage que cela m'ait valu de la part de Madame le maire une réaction brusque lors de la présentation des services d'aide à la personne de la CCF. La question est de savoir comment les villes de la CCF s'adapteront face la difficulté du temps sans faire croire que "tout va bien".

Le  problème c'est l'absence de réponse lorsque les élus majoritaires sont interpellés, en dehors des commentaires vifs et des interventions via la presse. Je rappelle à Madame Cadart, par exemple, que l'association de patients d'Hondschoote et des environs attends sa réponse au courrier envoyé il y a plus d'un an sur la difficulté de notre médecine de proximité!

 

Tout est politique, rien ne doit être instrumentalisé...

 

Alors on continue ensemble (élus, techniciens, citoyens, experts) la reflexion sur l'action sociale et la sous médicalisation  ?

 

 

  • Littoral-Flandre

    « On ne peut pas politiser la misère des gens »

    samedi 04.12.2010, 05:09 - La Voix du Nord

    Régine Cadart: «Chaque élu doit faire de son mieux suivant lesmoyens à disposition pour aider les gens en difficulté».

    | OOST-CAPPEL |

    « Il n'est pas nécessaire d'ouvrir une antenne à Hondschoote. Je ne suis pas opposé

    mais cela va sans dire qu'il va falloir trouver un local, une équipe. Je préfère aider les familles nécessiteuses comme nous le faisons déjà avec le CCAS. Je rappelle également qu'il y a déjà une antenne à Hoymille où des familles hondschootoises se rendent. Les critères d'aides des Restos du coeur sont supérieurs à ceux du CCAS ». Ces propos tenus par Hervé Saison en octobre ont fait couler beaucoup d'encre et provoqué beaucoup de débats.

    Aujourd'hui, le projet est toujours d'actualité mais prend une mauvaise tournure. Régine Cadart, maire d'Oost-Cappel, commune citée de nombreuses fois en exemple de grande précarité, se dit « révoltée par la tournure que prennent les discussions. On ne peut pas politiser la misère des gens. Quelque soit notre bord politique, chaque élu se doit de faire de son mieux suivant les moyens à disposition pour aider les gens en difficulté ».

    Mme Cadart insiste sur le fait que « dans les communes, il faut être proche des gens. Ici, comme dans d'autres communes, la mairie aide de son mieux les personnes en difficultés. Par le biais du CCAS, ces personnes peuvent bénéficier de bon d'aide au chauffage ou de bons alimentaires. Lorsque le besoin s'en fait sentir, nous dirigeons les familles vers l'association Entraide de Ghyvelde, avec laquelle nous avons de bonnes relations. Nous aidons aussi cette association par les collectes et les subventions ».

    Outre ces aides, Mme Cadart oeuvre dans sa commune pour la création de logements sociaux. « Parer au logement, c'est aider les gens qui n'ont pas de gros moyens. Je pense qu'un logement décent est quelque chose de nécessaire. Ici, à Oost-Cappel, nous ne sommes pas tenus à un quota particulier, et de toute façon, nous l'aurions largement dépassé ».

    « Une antenne qui n'est pas justifiée »

    La structure des Restos du Coeur de Hoymille n'est pas saturée, alors à quoi bon en ouvrir une sur Hondschoote ? Les partisans pour cette création d'antenne avaient utilisé l'exemple de la difficulté de moyens de locomotion pour se rendre à Hoymille ou dans une autre structure. Régine Cadart précise, exemple à l'appui, que « les bénévoles de ces antennes viennent, lorsque cela est nécessaire, chercher les personnes qui ne pourraient pas s'y rendre ».

    Régine Cadart et Hervé Saison ne sont jamais entrés en conflit concernant cette demande. La maire déclare : « Je ne peux pas en vouloir à Hervé Saison d'avoir pris cette position. On ne crée pas une antenne en claquant des doigts. Il faut un bon encadrement, des gens qui puissent accueillir ces personnes, il faut un local, mais pas seulement, il faut un lieu pour stocker les provisions. Une antenne ne se fait pas sur simple proposition en quelques semaines, c'est une réelle organisation. Je reprécise que personne n'a dit que le projet était à jeter aux oubliettes ». •

Publié dans Solidarité

Commenter cet article