Non à Flamoval...

Publié le par Arnaud

José Bové a exhorté les opposants à poursuivre le combat contre Flamoval

mardi 02.03.2010, 05:04 - La Voix du Nord

|  ÉLECTIONS RÉGIONALES |

Ce n'était pas l'étape la plus longue du séjour de José Bové dans l'Audomarois et la Flandre, hier après-midi. Mais, l'arrêt du leader écologiste devant le chantier de Flamoval, en compagnie des opposants les plus résolus au projet, leur a donné du baume au coeur.

 

 


À l'exception de l'Association pour la protection de la santé des habitants (APSH) qui donne une conférence de presse aujourd'hui, tous les opposants à Flamoval ont accueilli le député européen d'Europe écologie, hier après-midi, devant le chantier. L'Association des riverains du Smetz, la communauté de communes de l'Houtland, les conseillers municipaux d'opposition d'Arques, le secrétaire du comité d'entreprise de Bonduelle et Thierry Willaey. L'élu vert d'Hazebouck, qui siège au syndicat mixte Flandre Morinie, candidat aux régionales en 9e place de la liste du Pas-de-Calais d'Europe Écologie s'est transformé en guide : « On va te présenter un projet aberrant, en embryon ». « On peut encore l'arrêter », a rétorqué José Bové.

 

« Ringardiser les élus qui défendent ce projet »

Thierry Willaey a développé les principaux arguments des opposants et fait le lien avec la préservation de l'agriculture dans le marais ( lire ci-dessous). José Bové répond « Ce sont des techniques du XXe siècle, on est au XXIe . Il faut ringardiser les élus qui défendent ce projet. » Il donne des exemples de ce qui se passe dans le Sud Ouest. « Qu'allez-vous faire contre le projet ? » l'interroge Caroline Saudemont, candidate (Nouveau Centre) sur la liste de Valérie Létard et opposante au projet. « Il y a plusieurs niveaux d'action, l'action citoyenne et il y a eu du monde lors de votre manifestation à Saint-Omer, l'action des élus. » « Nous ne sommes pas entendus », se désolent les opposants. » « Ça va être long, prévient José Bové. Dans le Larzac nous sommes battus dix ans contre l'implantation d'un camp de l'armée. Nous avons gagné . » Frédéric Van Rechem, conseiller municipal d'Arques reprend : « En face de l'incinérateur, on exproprie des gens pour construire 1 200 logements. On construit un deuxième AZF ici. Ça ne sera pas aussi détonnant, mais aussi meurtrier. » Vient alors la question de l'accord pour le second tour des régionales entre Europe Écologie et le PS alors que Daniel Percheron a donné son feu vert à Flamoval. Thierry Willaey qui répond : « C'est de la responsabilité des électeurs de donner le plus de poids possible à Europe Écologie pour que l'on puisse peser dans la balance pour que ni l'Europe, grâce à nos euro députés, ni la Région n'accordent de crédits à ce projet. » •

Commenter cet article