"le temps de la décroissance"...

Publié le par Arnaud

Le temps de la décroissance est un livre co écrit par un habitant d'Hondschoote, de plus grâce à qui, avec un groupe de citoyens, le premier marché bio sur notre commune verra le jour ! Didier Harpagès nous présente à travers ce livre une autre façon de concevoir nos relations et nos sociétés à l'opposé du "toujours plus pour gagner plus"! A méditer à l'heure de la réforme inégalitaire des retraites...

 

J'ai proposé au salon du livre Hondschootois en octobre d'accueillir notre auteur local. Vous aurez donc l'occasion de découvrir son livre et peut-être pourrions nous aller plus loin en organisant ensemble un café débat sur le sujet, n'est ce pas Didier ! A suivre...

 

Ci dessous la présentation du livre par l'éditeur via son site :

 

 

latoucheharpages.gifNotre civilisation matérielle et productiviste rencontre aujourd’hui les limites de son développement : ces limites sont les limites de la planète elle-même, mise au service de notre frénésie consumériste. La planète est en danger et les scénarii les plus pessimistes semblent aujourd’hui dépassés par d’irréversibles processus de destruction de notre environnement. Cette prise de conscience est assurément l’événement le plus décisif de notre temps.

 

L’urgence écologique appelle des transformations radicales de nos modes de vie. Depuis deux siècles nous avons développé une civilisation matérielle et une puissance productive inconnues jusqu’alors. L’expansion des marchés, l’intensification des processus de production comme le développement de la consommation de masse supposent une intensification grandissante de l’utilisation des ressources naturelles. Tous nos efforts de production ont défini un rapport au temps de plus en plus maîtrisé, compté, rationalisé et rentabilisé. Et "perdre sa vie à la gagner" est depuis longtemps le paradoxe de nos existences. C’est avec ces "mésusages" du monde, devenus littéralement insupportables, que notre temps doit rompre ; une rupture que n’empêchera pas l’illusion d’une croissance durable.

 

Ces changements radicaux de nos modes de vie ne peuvent se concevoir que dans un nouveau rapport au temps. Réintroduire de la proximité et de la lenteur dans les processus de production et de consommation, réduire le temps de travail, réapprendre à s’occuper de nos proches et de nos amis, comme nous désaliéner de nos conditions de travailleurs forcenés sont des enjeux essentiels. En un mot, rechercher les liens plutôt que les biens. Il nous faut donc transformer nos rythmes sociaux pour que nous puissions retrouver le temps de vivre.

 

Le temps de la décroissance n’est donc pas seulement le temps de l’urgence de la prise de conscience des désastres écologiques ; c’est comprendre que nous devons imaginer de nouvelles manières d’utiliser le temps de nos vies. Choisir la décroissance plutôt que la subir : c’est ce à quoi nous invitent les auteurs.

 

Le temps de la décroissance, de serge Latouche & Didier Harpagès, col. Troisième culture, éd. Thierry Magnier

Publié dans Culture

Commenter cet article

(-) 19/06/2010 15:49



La réflexion ne fait que débuter et il va falloir l'affiner, peut-être en réfléchissant aussi aux conditions de cette décroissance. Voir par exemple en complément une série de billets là-dessus :
http://yannickrumpala.wordpress.com/2010/04/10/sur_les_conditions_de_la_decroissance/