le Géant Klimato a RDV avec Flamoval...

Publié le par Arnaud

Bonduelle au coeur du rassemblement anti-Flamoval, lundi

vendredi 04.12.2009, 05:04 - La Voix du Nord

 Secrétaire du comité d'établissement de Bonduelle, Joël Jourdain appelle à la mobilisation, lundi. Secrétaire du comité d'établissement de Bonduelle, Joël Jourdain appelle à la mobilisation, lundi.

|  INCINERATEUR |

Lors de la manifestation du 18 juillet, les opposants à Flamoval avaient annoncé qu'une nouvelle opération suivrait. Ils descendront de nouveau dans la rue lundi. Parmi les initiateurs de ce rassemblement, les salariés de Bonduelle qui craignent pour leurs emplois.

 

 

PAR AMÉLIE VERMEULEN

hazebrouck@lavoixdunord.fr

Plus de trente années de boîte. Joël Jourdain, secrétaire du comité d'établissement de Bonduelle, à Renescure, est dans l'entreprise le 2 juillet 1973. Il fait partie du « gros des troupes, arrivé dans les années soixante-dix ». Ces salariés qui, aujourd'hui, ont une quarantaine voire une cinquantaine d'années et qui, en cas de coup dur, auraient sans doute quelques difficultés à reprendre pied. Alors oui, l'incinérateur Flamoval, il le considère comme une vraie menace. « Le site de Renescure, ce sont 800 personnes en période de campagne, rappelle-t-il. Sans oublier tous ceux qui travaillent autour, les agriculteurs, les transporteurs... » La santé, l'environnement, Joël Jourdain y pense. Mais « la priorité des priorités, ce sont nos emplois ». « On craint pour notre usine, mais aussi pour la marque Bonduelle, qui pourrait être incriminée au point de vue national. » Des inquiétudes qui se sont accentuées avec l'arrivée des premières pelles mécaniques sur le chantier de Flamoval, à Arques.

 

Trop tard ? « Il y a toujours un espoir. » D'autant que, convient le syndicaliste, « nous sommes restés les bras croisés pendant quelques mois, voire quelques années. A ce moment-là, nous avions confiance en nos politiques. Aujourd'hui, on voit bien qu'ils se désintéressent des emplois que nous avons dans la région. Ils n'hésitent pas à mettre en péril des familles entières.

 

 » Lundi, Joël Jourdain sera logiquement à Renescure, puis à Arques pour dire « non » à Flamoval. Lors de la dernière démonstration de force, le 18 juillet, l'appel des salariés de Bonduelle avait été entendu par plus d'un millier de personnes. Le secrétaire du CE compte, cette fois encore, sur ses collègues, pour faire barrage. Et lance un appel plus général « à toutes les personnes qui sont contre l'incinérateur Flamoval ».

 

Pendant que certains mènent contre Flamoval un combat judiciaire - « trop cher pour nous », selon le syndicaliste -, Joël Jourdain et ses collègues ont choisi la voie de la mobilisation. Persuadés que les actions répétées peuvent apporter leurs fruits. •

 

 

Sous la conduite du géant Klimato

vendredi 04.12.2009, 05:03 - La Voix du Nord

À Renescure d'abord, à 13 h 30, à Arques ensuite, à 14 h 30, les opposants se rassembleront ...

 

pour dire « non » à l'incinérateur Flamoval. La manifestation est organisée par le collectif Klimato, créé à l'approche du sommet de Copenhague, pour alerter sur le problème du réchauffement climatique. Un collectif impulsé par Hélène Flautre (députée européenne Europe Écologie), qui regroupe des élus, des militants associatifs, des agriculteurs, des « indépendants », et dont fait aussi partie Thierry Willaey, élu vert hazebrouckois. « On avait, la dernière fois, annoncé une nouvelle manifestation qu'on envisageait plutôt en début d'année, rappelle-t-il. Mais, avec le collectif, l'occasion s'est présentée un peu plus tôt que prévu. » Les opposants à l'incinérateur, qui semblent aimer les symboles forts, ne prévoient pas de planter un ginkgo biloba, baptisé « arbre de la résistance », comme ils l'avaient fait lors d'une dernière mobilisation, le 3 octobre, sur le site de Flamoval. Cette fois, ils voient plus grand. Ils viendront donc accompagnés de Klimato, le géant créé en même temps que le collectif. Un grand bonhomme de deux mois né à Roubaix, représentant un coulonneux, qu'ils feront baptiser lundi, à 13 h 30, par Jean-Pierre Decool, maire de Renescure. Et qui ira ensuite, devant ses fenêtres majorales, saluer Joël Duquenoy, maire d'Arques et président du syndicat mixte Flandre-Morinie. « On n'arrive pas à se faire entendre au sein du syndicat, explique Thierry Willaey. C'est sans doute que les élus sont un peu durs de la feuille... On va donc aller faire du bruit près de leurs fenêtres. Quelque chose de festif. »

A. V.

Rassemblement lundi, à 13 h 30, à la mairie de Renescure puis à 14 h 30 sur la place d'Arques.

 

Commenter cet article