jusque où ?

Publié le par Arnaud

Jean-Marie est diacre à Bollezeele ; il est bénévole du Secours Catholique. Interpellé,comme bien d’autres, par la détresse, la misère et le dénuement des migrants, saconscience lui dicte d’aider ces êtres humains que la guerre, la famine, la pauvreté, ... ont

jetés sur les routes loin de chez eux et loin des leurs pour rechercher situation, avenirmeilleur, paix.

Aider son prochain, reconnaître l’autre, lui ouvrir son coeur, aider et donner, c’est lecombat de Jean-Marie, son engagement d’homme. Sa sincérité, la simplicité de son actionfait des émules ; aussi, quand le 17 novembre les abris de fortune, la jungle de Loon-Plage, sont jetés bas et démantelés par la police, alors que depuis plusieurs semainespluies et vents sont au rendez vous quotidiennement... Jean-Marie et François amènent du bois pour que les migrants puissent à nouveau s’abriter, reconstituer ce toit de fortune,

ne plus patauger dans la boue...

et bien non, cela ne convient pas aux représentants de l’Etat et Jean-Marie et François sont convoqués le 7 décembre par le commandant de la Police du Port en présence du

Directeur du Port autonome de Dunkerque. Ils leur enjoignent de cesser sous peine D’amendes (1500 euros) ces actions d’aide aux plus démunis.

Les deux hommes ne comprennent pas, ils sont persuadés que faire le bien ne peut pas être mal. Ils ont montré les photos des abris complètement détruits, la pluie, la boue ; ils pensent que leurs actions sont légitimes. Jean-Marie poursuit son engagement, il continue d’être présent aux côtés des migrants, d’apporter vêtements, nourriture, couvertures, avec les autres bénévoles. Il considère que ce serait un crime d’ignorer cette détresse, d’opposer un mur d’indifférence à ces frères qui ont froid, qui ont faim. Non Jean-Marie ne peut fermer les yeux, ne peut rester insensible aux malheurs de ces hommes qui parfois ne sont que des enfants.

Mais aujourd’hui, la charité, la solidarité avec les réfugiés sont devenus un délit de solidarité et Jean-Marie et François sont à nouveau convoqués, par la Police de l’Air et des Frontières cette fois, mardi 15 décembre à 14h30 pour Jean-Marie et à 16h pour

François.

Soyons à leurs côtés, nous tous qui de Steenvoorde à Boulogne, en passant par Téteghem, Grande-Synthe, Tatinghem, Bailleul, Angres, Dunkerque, Calais ... sous les bannières de France Terre d’Asile, Terre d’Errance, C’Sur, Salam, No Border, La Belle Etoile, le Secours Catholique, et tous ceux et celles qui oeuvrent discrètement à la même cause, revendiquons encore le droit d’être aux côtés des pauvres et des plus démunis.

Retrouvons-nous le mardi 15 décembre à 14h30, Direction Zonale de la Police de l’Air et

des Frontières, Avenue Maurice Berteaux à Saint-Pol-sur-Mer.

Publié dans Solidarité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article