j'y étais...

Publié le par Arnaud

Edition de Dunkerque et d'Hazebrouck

Une centaine de manifestants ont réclamé, samedi, « des porcheries HQE »

lundi 31.05.2010, 05:05 - La Voix du Nord

 Balian, qui vit à Houtkerque, est venu avec son papa et quelques voisins dire «non» aux porcheries. Balian, qui vit à Houtkerque, est venu avec son papa et quelques voisins dire «non» aux porcheries.

| BAMBECQUE |

Les opposants aux projets de porcheries industrielles de Bambecque et Houtkerque ont manifesté, samedi, dans le centre du village, à l'occasion de l'inauguration du groupe scolaire, étiqueté Haute qualité environnementale (HQE). Entre clin d'oeil et détresse. PAR ESTELLE JOLIVET

dunkerque@lavoixdunord.fr PHOTO « LA VOIX »

La crainte des porcheries en Flandre n'en finit pas de faire du bruit. Samedi, les élus venus inaugurer le nouveau bâtiment HQE du groupe scolaire Jean-de-La-Fontaine ont pu le constater une nouvelle fois. Un bouquet de panneaux fluos a fleuri dans le village à l'approche du coupé de ruban, garni de slogans sans équivoque comme « Stop aux pollueurs » ou « En quête publique, foutaise ».

Quelques habitants d'Houtkerque avaient fait le déplacement, dégoûtés par l'avis, favorable, rendu le 20 avril par le CODERST (conseil départemental de l'environnement et des risques sanitaires et technologiques), après le « non » de la municipalité et du commissaire-enquêteur à l'installation d'une porcherie industrielle dans la commune. Ils craignent que l'ultime décision, celle du préfet, ne suive celle du CODERST, comme c'est généralement le cas. « On avait bon espoir, soupire Arnaud Vanpeperstraete, 29 ans, qui vient d'acheter une maison à 300 m du lieu désigné de l'implantation. Si encore l'enquêteur avait donné un avis favorable, ça aurait été logique que le reste suive. Mais là, on a vraiment l'impression que l'énergie dépensée pour s'opposer à ce projet n'a servi à rien. » Et d'égrener les arguments défavorables, comme l'insuffisante largeur des routes pour le passage des camions. « On aurait aimé que notre porcherie soit HQE ! » ajoutent les Houtkerquois.

Les manifestants regrettent également que les représentants des maires et du conseil général, qui auraient dû siéger au CODERST le jour du vote, aient brillé par leur absence. « Les élus ont laissé la place aux techniciens », déplore le Bambecquois Jean Deroi, dont la présence, samedi, dans la rue, visait à « faire passer un message aux élus pour dire que la population de Flandre est mobilisée ».

Pour le maire de Bambecque, Grégoire Francke, il aurait été « plus opportun de manifester devant la préfecture ou la sous-préfecture. Toutes les personnalités présentes ce matin se sont déjà prononcées contre ces projets ».

Les conseillers généraux Patrick Kanner et Jean Schepman se sont ainsi assis à la table d'une « rencontre de travail », organisée par l'association DEFI à la mairie. Tous deux ont pris bonne note des « revendications constructives » des opposants. « Vu de notre côté technique et politique, le préfet ferait mieux d'attendre avant de donner cet avis favorable. Il faudrait réinstruire le dossier », a affirmé Patrick Kanner, qui promet que le conseil général « tiendra désormais sa place » lors des réunions du CODERST. •

Commenter cet article

arno 01/06/2010 16:33



un autre article sur le sujet avec une toute toute petite intervention au micro waouh!!! http://www.deltafm.fr/actu/actu-15989.html