FLAMOVAL... infaillible comme à Dunkerque ????

Publié le par Arnaud

mardi 20.10.2009, 19:43 - La Voix du Nord

| Littoral |

Les associations environnementales dénoncent le secret qui a entouré les résultats d'un contrôle inopiné réalisé fin juin au centre de valorisation énergétique (CVE) de Dunkerque.

Les analyses ont révélé un dépassement important (près de 100%) du seuil maximum autorisé de dioxine dans les rejets atmosphériques de l'incinérateur. La commission locale d'information et de surveillance n'en a pas été informée.

La DREAL (direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement, ex-DRIRE), qui avait ordonné ce contrôle, et la communauté urbaine, responsable de l'exploitation du site, expliquent que la priorité était d'abord de trouver l'origine du problème et de le résoudre. Les associations rappellent que la collectivité s'était engagée sur la transparence du fonctionnement du CVE.


Commenter cet article

Frederic 21/10/2009 22:43



Bonjour a tous


Et  OUI   malheureusement cela prouve l'évidence de ne pas accepter l'incinerateur Flamoval.


Pour notre PROJET, il  n'y a pas eu de communication du moins trés peu  et a trés petite échelle sauf BIZARREMENT  le dernier magazine flamoval info distribué massivement partout
:Pas de calais ,Nord ,dans les Flandres et meme des villages n'adherents pas au SMFM(tel Renescure......)    Je me pose encore la question     POURQUOI
??????.Mais je la connais le reponse tout cela pour démobilisé les populations  afin de faire croire que tout est fini,bouclé ,que la construction démarre  et qu'il n'y a plus rien a
faire. C'est sans  nous connaitre, nous les gens du Nord  avec notre détermination,notre volonté ,notre courage et notre combativité  contre  ce projet.


N'acceptons pas maintenant car  lisez cet article  la VDN  de Dunkerque aprés que ses usines sont en services .On ne s'inquiéte peu voir pas du tout  de la santé
des  populations environnentes ,des cultures ....


Et que devient l'obligation  "D'ALERTE " et il faut encore que des associations veillent ,dénoncent ,communiquent sur de tels agissements irresponsables.


 


 Cela doit tous nous renforcer dans notre opposition a flamoval  et a venir demain Jeudi  22.10  a 20 h00 salle vauban St Omer pour soutenir l'APSH  .


 


A bientot


Frederic Jude




 


 


Actualité Dunkerque


mercredi 21.10.2009, 05:02 - La Voix du Nord


Trop de dioxine dans les fumées du CVE : les associations exigent la transparence





  DUNKERQUE  |


Le centre de valorisation énergétique (CVE) de Dunkerque, inauguré en janvier 2008, se voulait exemplaire : sur la valorisation des déchets, sur l'impact environnemental des rejets, sur la
transparence. C'est raté.


 



Les associations environnementales du Dunkerquois ont eu vent, il y a quelques jours, des résultats d'un contrôle inopiné réalisé au CVE le 30 juin et le 1er juillet derniers. Les analyses ont
révélé « un dépassement significatif » (de près de 100 % !) de la norme fixée par le préfet en matière de rejet de dioxine. Problème : la commission locale d'information et de
surveillance (CLIS) n'a pas été mise au courant. Inquiètes et en colère, les associations sont montées au créneau. « Depuis combien de temps ces rejets polluants durent-ils ?





s'interroge Antoine Bonduelle, membre du réseau Action Climat France, qui rappelle que les contrôles n'ont lieu que deux fois par an.


On est pourtant dans une ville où la confiance dans les installations classées est essentielle ! » En face, élus locaux et services de l'État se défendent d'avoir dissimulé quoi que ce
soit. Pour Roméo Ragazzo, vice-président de la communauté urbaine en charge de l'environnement, « les choses ont eu lieu en plein été et notre premier souci était de comprendre ce qui se
passait. » Même réaction du côté de la DREAL (ex-DRIRE) : « dès réception du rapport, début août, nous avons mis en demeure la CUD de rectifier cette non-conformité dans un délai d'un
mois », relate Frédéric Modrzejewski, responsable pour le littoral. Les travaux ont été effectués dans la foulée (des tuyaux obstrués ont été purgés) et les rejets de dioxine sont
finalement rentrés dans les clous, fin août. « On a été réactif, on a géré le problème technique. Je ne pense pas qu'on aurait pu faire mieux », poursuit-il. Informer la CLIS,
peut-être ? « L'arrêté préfectoral ne prévoit pas une communication à chaud », rétorque-t-il, ajoutant que l'incident sera présenté et débattu lors de la prochaine réunion de la CLIS,
d'ici la fin de l'année.


Les associations sont effarées. « On est devant un problème de transparence, martèle Jean Sename, président de l'Adelfa. Pour moi, il y avait matière à informer les riverains et les
instances de surveillance. Sinon, à quoi servent-elles ? Une règle a été transgressée. Je ne vois pas pourquoi, en matière d'environnement, on dit que ce n'est pas grave sous prétexte que le
problème est réglé. » Roméo Ragazzo esquive l'accusation et promet « d'améliorer l'information du grand public mais de manière régulière, pas seulement quand il y a des
incidents. » Encore faudrait-il communiquer aussi en cas de problème. •


ESTELLE JOLIVET


 




Arnaud 21/10/2009 22:49


Merci pour les mails Frédéric! Je ne pourrez être des votres jeudi, n'ayant pas de solution de garde pour mes ptits loups et mon épouse ayant la réunion de la toute nouvelle association des
patients du canton d'Hondschoote et environs, mais je soutiens biensur la réunion de l'ASPH et espére que beaucoup d'habitants seront présents. De tous coeurs avec vous!