Flamoval dépassé mais pourtant porté par le Maire d'Hondschoote

Publié le par Arnaud

Le ministre de l'Industrie était en visite à Blaringhem pour saluer le savoir-faire régional.

 

Seulement dix kilomètres séparent la déchetterie Baudelet, à Blaringhem, du projet d'incinérateur décrié, Flamoval, à Arques. Mais dans l'esprit, il y a un gouffre, creusé encore un peu plus hier par le ministre de l'Industrie, Christian Estrosi (UMP), venu présenter chez Baudelet les grandes lignes du nouveau pôle de compétitivité nordiste « Team² », spécialisé dans la gestion des déchets. « Beaudelet a su anticiper. C'est une entreprise très représentative des éco-industries », a souligné le ministre.

 

L'entreprise propose une alternative
Derrière le pupitre d'Estrosi, Jean-­François Caron (Verts), qui a piloté la candidature nordiste (lire ci-contre), boit du petit-lait. Et en profite pour enfoncer le clou contre Flamoval. « C'est une usine surdimensionnée, c'est idiot, critique le conseiller régional. C'est pour cela qu'on a présenté Team², pour apporter des réponses à ces déchets. » Et chez Baudelet, il est entendu. Car l'entreprise, qui va perdre un marché avec l'incinérateur, croit à l'alternative. Elle va investir 30 millions d'euros dans un programme de substitution. « Moins cher et plus écolo », promet Bernard Poissonnier, le directeur général. Mais ce procédé n'a pas convaincu les élus. « Flamoval, c'est une meilleure gestion de nos déchets et leur valorisation énergétique », réplique Hervé Saison (SE), élu du syndicat mixte Flandre-Morinie, qui pilote le projet. Entre Arques et Blaringhem, le dialogue de sourds continue.

Commenter cet article