Etre solidaire...

Publié le par Arnaud

Barbecue citoyen : on peut dire « non » à la porcherie en mangeant des saucisses !

 - La Voix du Nord


  | BAMBECQUE |

Il ne s'est finalement pas tenu face à la mairie car le maire, pour des raisons « d'éventuels risques sanitaires et de risques liés à la sécurité  » avait préféré lui refuser son autorisation. Le barbecue citoyen organisé, samedi, pour fédérer les oppositions au projet de porcherie industrielle, a tout de même réuni plus de cinquante personnes, chez un particulier de la commune.

 


Guillaume a noirci une page, recto verso. Un long courrier qui sera remis, dès lundi, au commissaire enquêteur. C'est à ça que sert l'urne en carton posée en évidence dans la salle où les opposants au projet de porcherie industrielle se sont donné rendez-vous, samedi. « J'ai acheté à Bambecque il y a cinq ans, après avoir vécu à Tourcoing et Dunkerque, explique ce père de famille de 32 ans. On s'est installé là pour éviter la pollution de l'industrie pétrochimique. On cherchait un village à taille humaine. Un projet de porcherie comme celui-là, si près des habitations, je ne savais pas que ça pouvait encore exister. J'ai surtout peur pour la sécurité des enfants, avec les camions qui traverseront le village. On ne restera pas ici si c'est pour avoir les désavantages de la ville à la campagne. » Comme Guillaume, quelques dizaines d'habitants de Bambecque ou des communes voisines ont participé au barbecue festif destiné, selon les organisateurs, Jean Deroi, président du comité des fêtes, et Frédéric Wojtkowiak, conseiller municipal d'opposition, « à interpeller les élus et à montrer que les gens s'inquiètent ».

 

Les maîtres mots : convivialité (autour d'un verre de vin chaud et d'une saucisse grillée - « on n'est pas contre les cochons !

 

 Solidarité entre tous les opposants au projet, Bambecquois ou non, écolos ou non. « C'est un combat d'avenir, estime Arnaud Ginions, élu Vert à Hondschoote. Et si elles veulent peser, les communes ont intérêt à être solidaires. » La sienne, justement, a refusé de se prononcer sur le plan d'épandage qui découlerait de la porcherie bambecquoise (deux hectares concernés à Hondschoote)....

 

Craignant d'être marginalisés, les organisateurs ont été rassurés par la visite de Jean-Pierre Decool. « La municipalité de Bambecque a voté contre le projet et je la soutiens, c'est une position courageuse, a exprimé le député-maire de Brouckerque. Le tout, c'est de trouver la faille au niveau juridique. Je crois qu'on s'en sortira sur ces dossiers de porcheries belges en Flandre en invoquant la distorsion de concurrence avec la Belgique. »

Commenter cet article