Eglantine n°1... la place des élus NEH

Publié le par Arnaud

Eglantine n°1

Rose sauvage dont le fruit donne le poil à gratter

 

Dernier encart en note, la place des élus de l'oppositions au sein du conseil municipal :

 

 

Nos conseillers : une vraie force alternative au conseil municipal.

 

Notre position et notre devoir  en tant qu’élus de l’opposition  au sein du Conseil Municipal, sont de faire respecter ce que 46% des Hondschootois  souhaitent, de faire passer vos messages. Vous aurez constaté que certaines de nos propositions ont d’ors et déjà été retenues telles que :

-    La déchèterie (notre programme de 2001) pourtant à l’époque Monsieur le Maire y était opposé…

-    La réouverture de séances de cinéma.

-    La construction d’un mini stade même s’il est dommage de constater que l’emplacement ne semble pas adapté ni sécurisant.

 

Nous nous efforçons à ce que notre équipe soit une force de proposition et non de contestation systématique, nous agissons de telle sorte qu’à chaque sujet nous puissions apporter des idées et exposer nos divergences.

Sur le budget par exemple, notre vote ne doit pas être enregistré comme un vote contestataire et systématique négatif car chaque point de ce dernier est étudié et il est impossible de pouvoir accepter un budget sur un ensemble alors que certaines orientations ne correspondent en rien à une politique complètement responsable. Le copier-coller du budget annuel  repris par la presse est une simple réflexion démontrant que chaque année, chaque ligne ou presque du budget est à l’identique, chaque année on nous annonce des reports de travaux pour des raisons qui dans la grande majorité sont dues à une préparation incomplète ou à des oublis de réglementation, changement de lois, etc. ; toutes les excuses peuvent être évoquées, rappelez-vous le projet des éoliennes toujours à ce jour dans un fond de tiroir ! Ainsi, à chacun des budgets nous ne retrouvons aucun objectif concret.

 

Parmi les nombreux sujets qui nous préoccupent, notre regard se tourne vers les jeunes de notre commune à qui l’on donne en seule réponse la mise en place de caméras « de surveillance », notre position d’instaurer une communication, de leur apporter les équipements adaptés à leurs attentes, il est impératif qu’ils puissent se mettre en valeur avec l’aide et l’écoute des associations et des travailleurs sociaux.

 

G.D.

Publié dans Démocratie locale

Commenter cet article