dossier ou projet, non à l'usine à cochons...

Publié le par Arnaud

dimanche 18.10.2009, 05:02 - La Voix du Nord

 Des responsables de DÉFI, dont le président (au centre), au côté du maire et devant une salle inquiète. Des responsables de DÉFI, dont le président (au centre), au côté du maire et devant une salle inquiète.

|  ON EN PARLE |

Près de deux mille cochons au hameau du Fort-aux-Chèvres : les Houtkerquois n'en veulent pas. ...

 

Ce projet de porcherie industrielle porté par la société belge Dicopor crée du remous. Vendredi soir, à la salle des fêtes, près de deux cents personnes ont assisté à la réunion publique organisée par l'association de défense environnementale DÉFI, à laquelle ont adhéré des habitants. Ce projet fait l'objet d'une enquête publique à la mairie depuis le 23 septembre.

« J'aimerais une réunion respectueuse », a d'emblée souhaité Edmond Kociszewski, président de DÉFI. La salle a eu bien du mal à garder son calme. Le maire, Francis Behaegel, et le conseil municipal étaient invités à répondre aux questions des administrés. La principale : « Pourquoi le conseil a-t-il donné un avis favorable à cette porcherie ? » Forcément, ça crée des tensions. « Je suis personnellement contre le projet et ce sera sans doute le cas d'une large majorité du conseil. Nous nous sommes prononcés sur le dossier et, comme il était quasiment inattaquable, nous avons émis un avis favorable. Mais on ne s'est pas encore prononcé sur le projet.

 » Projet ou dossier ? La nuance en fait bondir plus d'un. « Le dossier est un document dans lequel le demandeur décline les données concernant l'installation. Le projet, c'est la concrétisation du dossier... », modère le maire.

Puis, poussé dans ses retranchements, assailli par les questions insistantes d'une poignée de riverains, Francis Behaegel finit par lâcher prise : « Vous voulez la démission du conseil municipal, si c'est ça que vous voulez, vous l'aurez. Si vous voulez nous faire dire qu'on a fait une connerie, eh bien oui, j'ai fait une connerie. C'est pas "on", c'est "je". J'ai dit "oui" au dossier. » « Il faut être clair, un dossier de 2 kg a été déposé à la mairie et un avis favorable a été donné sans que le dossier soit ouvert ! Il y a eu un "couac", c'est pas la peine d'insister », lance le président, qui travaille de concert avec le maire afin de trouver des arguments contre la construction de cet élevage. Arrivé entre-temps, le conseiller général Jean-Marc Gosset vole aussi au secours de l'édile : « Il ne s'agit pas de faire le procès du maire, il s'agit d'agir. » « Mais le permis de construire a été donné par qui ? » s'enflamme un habitant. « Il a été signé par la mairie, sous réserves... ». Des questions de sécurité. « Mais pas le permis d'exploiter. Le préfet seul prendra la décision finale », avance le président de DÉFI. Auparavant, le commissaire enquêteur, dont la neutralité a été mise en doute par certains riverains, rendra son avis.

Deux autres projets

Défilé de cuves à lisier, baisse de la valeur des maisons (des lotissements sont en cours de construction dans le hameau), qualité de l'eau... L'usine a cochons fait peur. Elle serait installée sur le site d'une ancienne porcherie pourtant, celle de Jean-Marie Plancke, mais rien à voir, quatre cents porcs.

Des projets similaires font parler à Bambecque et Hondschoote, communes voisines dont des habitants étaient présents à la réunion. « Il faudra être solidaires », insiste le maire. Le conseil municipal se réunira et se prononcera, sur le « projet » cette fois, mercredi à 19 h 30. DÉFI a invité la population à exprimer son mécontentement, dans le calme, ce soir-là. •

VIRGINIE DUBOIS

Enquête publique à la mairie jusqu'à vendredi. Permanence du commissaire enquêteur vendredi, de 9 h à 12 h.

Commenter cet article