Continuons la fuite en avant...

Publié le par Arnaud

25 fév 2010 (AFP)


Bertrand Ringot, maire socialiste de Gravelines, commune proche de Dunkerque, a proposé l'implantation d'un réacteur nucléaire de troisième génération (EPR) dans sa commune si la raffinerie Total de la ville devait finalement être fermée.


Le sort de la raffinerie de Dunkerque doit être discuté au cours d'un comité central d'entreprise le 8 mars.


"Il n'y a pas 36 solutions : soit Total revient sur sa décision, soit il y a décision de l'Etat de faire en sorte que Total revienne sur sa décision (...), soit il y a une très lourde et importante mesure de compensation", a déclaré le maire dans une interview à la radio locale France Bleu Nord qu'il a fait parvenir à l'AFP.


"Depuis plusieurs années, je suis candidat à l'accueil d'un réacteur EPR", a poursuivi le maire en mettant en avant l'augmentation de la consommation d'électricité.


Selon lui, dans le contexte de partenariats entre groupes industriels, "Total peut très bien être partie prenante d'un réacteur EPR à Gravelines", alors que la centrale actuelle de Gravelines a 30 ans. "Nous savons qu'à terme il y aura une déconstruction-reconstruction".


M. Ringot fait également valoir que les programmes nucléaires sont relancés dans des pays comme l'Angleterre et l'Italie et que la réduction des rejets de CO2 passera par le nucléaire ou d'autres énergies non encore maîtrisées.


Jusqu'ici, deux sites de réacteurs EPR ont été choisis en France, l'un actuellement en construction à Flamanville (Manche) et un second dont les travaux devraient démarrer en 2012 à Penly (Seine-Maritime).


Publié dans Energie

Commenter cet article

dupont 26/02/2010 12:50



Vous nous rapportez des faits mais j'aimerais connaître vos avis sur les propositions de Monsieur le Maire



Arnaud 26/02/2010 14:19


le titre de cette note reprennant une dépêche AFP peut induire mon opposition à l'arrivée d'un EPR sur notre littoral. Je sais que la mode est de dire... la fin de l'énergie fossile c'est la
nécessité du nucléaire. la fin de total c'est de favoriser d'autres chantiers (Méthanier, et maintenant EPR). C'est donc se dire ne changeons rien et continuons comme avant en attendant d'autes
crises. Il est urgent de donner d'autres perspectifs aux salariés que d'affronter crises sur crises dans un environnement à trés haut risque (13 CVO). La conversion de l'économie doit aussi passer
par nos politiques énergétiques. Créons de nouvelles filères autour desénergies renouvelables, autour de l'isolation des batiments, autour des nouvelles constructions passives, etc, etc. Il y a de
quoi faire pour accueillir ce nouveau monde.