cantonales du canton de Bergues...

Publié le par Arnaud

« L'écologie politique pour proposer de nouvelles pistes de réflexion »

vendredi 21.01.2011, 05:10

 Anne Vanackère, remplaçante, et José Szymaniak, titulaire, candidats Europe Écologie Les Verts. Anne Vanackère, remplaçante, et José Szymaniak, titulaire, candidats Europe Écologie Les Verts.

 

Qui succédera à Monique Denise comme conseiller général ?

 

L'élue du PS ne se représente pas en mars. José Szymaniak et Anne Vanackère y voient une belle occasion de « rebattre les cartes ».

 

« Nous ne sommes pas favoris, mais qui sait ? », s'interrogent les candidats d'Europe Écologie Les Verts. Le nouvel élu viendra-t-il

« de la droite sarkozysto-UMP qui s'inscrira dans une opposition qu'on peut déjà deviner eu égard à son représentant local ( André Figoureux) au mieux stérile et sans résultats pour notre canton ? 

» du Front national, « pur produit de la haine, de l'intolérance et des fausses bonnes idées populistes » ? du Parti socialiste sortant

« où son nom viendra s'ajouter à la longue liste des conseillers socialistes qui, le doigt sur la couture du pantalon, suivront la politique en place depuis plusieurs décennies qui, sans être négative, ne propose pas toujours les bonnes réponses » ?

 

Eux se placent dans « l'écologie politique pour proposer de nouvelles pistes de réflexion grâce à un nouvel angle de vue non usé, non stéréotypé ». Loin de « se cantonner aux petites fleurs et aux bébêtes à protéger » - critique parfois entendue de la part de leurs adversaires -, ils lancent plusieurs propositions.

 

« On peut créer plusieurs centaines d'emplois non délocalisables », annoncent-ils. Comment ? « Grâce aux aides supplémentaires que donnera le Département pour la rénovation et l'isolation de l'habitat ancien et à la création de chantiers-écoles spécifiques en liaison avec les communes ou l'intercommunalité. » Selon eux, la ville de Bergues et le canton ne manquent pas de vieilles maisons à équiper en dispositifs d'énergies renouvelables.

 

Ils évoquent aussi la piste du « télétravail », tant pour le secteur public que pour les entreprises. Avantage à leurs yeux : réduire le nombre de déplacements des salariés (ce qui désengorgerait les routes) et le temps de transport.

José Szymaniak et Anne Vanackère plaident pour « l'investissement dans l'économie solidaire » en faveur des personnes en situation de précarité.

 

Le Revenu de solidarité active (RSA), ils souhaitent le voir élargi « à tous les moins de 25 ans sans conditions de périodes de travail minimum dans les trois années qui ont précédé la demande ». Pour les seniors, ils préconisent de « rééquilibrer l'attribution de l'Allocation personnelle d'autonomie (APA) dans le sens d'une plus grande solidarité ».

Et l'agriculture, secteur « important » du canton ?

 

« Les écologistes ne sont pas contre les agriculteurs, mais à leur côté. » Néanmoins, ils déplorent la quasi-absence de la production bio. « Sur les 12 000 hectares, on n'en compte que trois en agriculture biologique. Il n'existe qu'une seule cantine scolaire, à Éringhem, qui propose des produits bio tous les jours. » Ils proposent d'aider les agriculteurs en créant « une veille foncière agricole pour réserver des terres aux jeunes agriculteurs qui souhaitent s'installer bio et aider par une réorientation des subventions ceux qui envisagent la conversion. »

 

• L. L.

 

La Voix du Nord

Publié dans Démocratie locale

Commenter cet article