Bravo Thierry!

Publié le par Arnaud

e recours gagnant de Thierry Willaey ouvre une brèche dans Flamoval

lundi 11.10.2010, 05:12 - La Voix du Nord

 

«Je suis un technicien qui est devenu élu», se présente Thierry Willaey, adjoint au maire d'Hazebrouck et délégué au SMFM.

|  LE VISAGE DE L'ACTUALITÉ |

16875 276909422544 554197544 3393638 5067311 n[1]Thierry Willaey, adjoint au maire Vert d'Hazebrouck, est le délégué du syndicat mixte Flandre Morinie (SMFM) dont le recours contre l'incinérateur Flamoval a été validé la semaine dernière par le tribunal administratif de Lille.

 

PAR HERVÉ VAUGHAN

saintomer@lavoixdunord. fr

Thierry Willaey, 48 ans, goûte peu une notoriété qu'il doit, selon lui, aux médias. Aux médias, peut-être, à son opiniâtreté et à son efficacité dans son combat contre Flamoval, plus sûrement. Son recours déposé en juin 2008 contre l'autorisation de construction de l'incinérateur a été vaidé par le tribunal administratif de Lille le 5 octobre (notre édition de samedi).

 

« Je suis un militant écologiste de longue date. Je suis l'un des responsables du dossier déchets de l'association Les Amis de la terre. Mais ça ne fait pas longtemps que je fais de la politique. Quand j'ai repris les Verts en Flandre, il y a quatre ans après avoir aidé Alain Dubois aux législatives en 2002, nous n'étions que deux. » Quelques combats, gagnés comme l'opposition au projet de l'A 24 ou l'installation d'un locodrome dans les Flandres, ou perdus comme le maintien du tribunal de grande instance à Hazebrouck le font connaître. Au point que Jean-Pierre Allossery, candidat PS aux municipales de 2008 à Hazebrouck, l'appelle sur sa liste ouverte aux écologistes. Celle-ci gagne, Jean-Pierre Allossery est élu maire et Thierry Willaey devient adjoint chargé de l'environnement et de la mise en place de l'agenda 21. « C'est mon unique mandat ». Il lui permet de siéger au SMICTOM des Flandres et au SMFM. « Dans les intercommunalités et les syndicats mixtes il n'y a que les présidents et les vice-présidents qui touchent. Moi, je ne gagne pas un pécot. je n'ai que les emmerdes, mais je les assume, je suis un élu. » Un rôle qu'il prend à coeur : « L'élu représente la population, il faut qu'il l'écoute. Joël Duquenoy (président du SMFM) parle de la majorité silencieuse. Mais, la majorité est silencieuse parce qu'elle ne sait pas. Parce qu'il n'y a pas, au SMFM, de débat contradictoire, parce que l'information est partielle et partiale. » D'où sa démarche devant le tribunal administratif. « Si André Bonnier, président du SMFM à l'époque, avait accédé à ma demande, en juin 2008, de faire un break, de réfléchir au projet plutôt que de passer en force, je n'aurais pas déposé ce recours. » Il n'en démord pas : « On nous a pris pour des clowns. » Et pourtant. Thierry Willaey est diplômé universitaire des sciences de l'environnement à l'école d'agriculture d'Angers et du collège des hautes études du développelent durable (CHEDD) à Centrale Paris, ce qui en fait un expert. Une formation qu'a suivie également Chantal Jouanno, secrétaire d'État chargée de l'Écologie. Bref, c'est un professionnel de l'environnement et du développement durable, depuis 1992. Il a même été le premier chargé de mission développement durable en 2000 au rectorat de Lille. Il connaît bien le dossier, il a d'ailleurs défendu son recours seul devant le tribunal administratif, et possède un beau carnet d'adresses.

 

« Avec ce recours, j'ai ouvert une fenêtre de tir. Je suis content mais prudent. Je ne vais pas laisser tomber maintenant. Le jour où la nouvelle de la victoire a été connu, j'ai reçu 280 mails. Je n'ai jamais dit que les travaux allaient s'arrêter. Je n'en sais rien. Cette victoire apporte une bouffée d'oxygène aux opposants. Elle montre qu'il y a des failles dans le dossier. Les médecins ont averti, les Riverains du Smetz ont averti. J'avertis moi aussi, on ne pourra pas dire qu'on ne savait pas. Notamment les élus. Si le projet continue, comme je le redoute, et qu'un jour on doit faire face à un disfonctionnement les élus devront assumer leurs responsabilités, même pénalement. » Celui qui se définit comme « le poil à gratter du SMFM » pourrait se transformer en cheval de Troie. •

Commenter cet article