aprés les blogs, APACHE s'attaque à la presse...

Publié le par Arnaud

Sous-médicalisation : l'association A.P.A.C.H.E lance une enquête sur le canton

« Il faut arrêter de nier l'évidence »

mercredi 12.05.2010, 14:00

Les membres d'A.P.A.C.H.E souhaitent impulser un mouvement et engendrer une prise de conscience. Les membres d'A.P.A.C.H.E souhaitent impulser un mouvement et engendrer une prise de conscience.

 

 

Après avoir constitué une pétition début 2009, A.P.A.C.H.E passe à l'étape suivante : pour connaître statistiquement la situation du secteur vis-à-vis de la médecine de proximité , elle lance 500 questionnaires

 

On veut avancer. Depuis notre précédente action début 2009, la situation ne s'est pas améliorée, nous sommes toujours en état de sous-médicalisation et aucune solution n'a été proposée par les élus.

 

 » « Devant l'attentisme des pouvoirs publics », comme ils l'annoncent, les membres de l'association A.P.A.C.H.E souhaitent prendre à bras-le-corps le problème auquel ils sont confrontés au quotidien : le manque de médecins généralistes sur le canton. Pour cela, ils lancent une vaste étude en proposant à un maximum de personnes de répondre à un questionnaire pour identifier véritablement la situation médicale du secteur.

« A l'inverse de ce qui avait été déclaré, l'arrivée de médecins sur les communes du canton n'a pas fait évoluer le dossier, souligne François Delattre, membre de l'association. Ces médecins ont simplement remplacé les généralistes qui ont pris dernièrement leur retraite. Il y a toujours un écart entre les demandes des patients et les offres des médecins traitants. Par exemple à Hondschoote de huit médecins, on est passé en quelques années à quatre et parmi les quatre, il n'y a qu'un jeune praticien. Qu'allons-nous faire dans quelques années ? La population évolue mais pas le nombre de médecins. Nous devons penser aux générations futures ! »


« Il nous faut
des indicateurs »


Tous les adhérents d'A.P.A.C.H.E sont d'accord pour dire que « vivre dans une ville sans médecin ce n'est pas possible ! » C'est pourquoi, ils proposent à la population de remplir un questionnaire, un questionnaire récupéré à Saint-Pol-sur-Mer qui a été aménagé à la situation d'Hondschoote et des environs, et ont décidé de récolter le maximum d'avis. Béatrice Vittu, présidente d'A.P.A.C.H.E, assure : « il nous faut des indicateurs pour aller voir les élus. C'est pourquoi nous avons opté pour l'élaboration d'un questionnaire. Les renseignements demandés sont simples. Nous allons ensuite analyser les ressentis de la population. Pour nous, la meilleure solution serait la création d'une maison de santé, nous allons voir ce qu'en pensent les gens. Nous espérons que notre action impulsera un mouvement et engendrera une prise de conscience. il faut arrêter de nier l'évidence ! »

 

Ce questionnaire est déjà disponible sur internet et auprès des membres de l'association. Gérard Devienne, membre d'A.P.A.C.H.E, indique : « chaque habitant majeur du canton peut remplir un questionnaire. A partir de là, chaque personne reconnue récolteur de l'enquête par l'association se charge de sa zone. L'ensemble des enquêtes sera ensuite centralisé au siège de l'association et scrupuleusement étudié. Nous nous donnons un délai, jusque début octobre 2010, pour dépouiller et rendre les résultats publics. Nous misons sur un ambitieux impact de 500 retours pour avoir un véritable poids ! »


Aurélie LEGRAND


Pour obtenir le questionnaire ou d'autres renseignements : contacter les membres d'A.P.A.C.H.E :
-François Delattre francois.delattre@univ-littoral.fr
-Gérard Devienne
au 06 66 20 21 07
-Béatrice Vittu
au 06 81 03 82 87
ou apache.contact@gmail.com


ou par internet sur les blogs d'Arnaud Ginions, conseiller municipal d'Hondschoote ou de Jean Schepman, conseiller général

 

Le Journal des Flandres

Commenter cet article