Se rapprocher de nos rêves...

Publié le par Arnaud

Je voudrais revenir sur des attaques, que les militants de l'écologie politique reçoivent parfois, notamment à l’heure des enjeux électoraux. C’est la fameuse et fumeuse exemplarité qui toucherait au totalitarisme. Tu es écolo alors tu dois être plus vert que vert. Comme ci nous étions des surhommes, déconnectés des contraintes du temps, du lieu et de l’espace.

 

Par exemple, faut-il que je me culpabilise de ne pas manger 100% bio et équitable, de ne pas pouvoir prendre les transports en commun pour aller travailler sur l’agglomération dunkerquoise, de ne pas avoir un panneau solaire sur mon toit, etc… Chez moi, nous avons fait, pour l’heure,  d’autres choix, d’autres priorités accessibles. D’autres sont en projets. Certains ne seront peut-être jamais atteints. En effet ces questions nous nous les posons au sein de notre foyer mais les contraintes notamment budgétaires et d’offres font que pour l’heure nous ne pouvons y parvenir et c’est pour cela que je milite au sein d’un parti d’écologie politique. Construire une société qui permet à chacun de vivre mieux  avec son environnement, avec les femmes et les hommes proches et éloignés.  Etre écologiste, je dirais que c’est peut-être cette manie régulière de se questionner sur sa façon de vivre, de conscientiser son impact sur la planète, sur le respect des autres et d'évaluer son empreinte pour les générations à venir.

 

Depuis mon arrivée chez les Verts en 2001 (ayant adhéré en 2002), je peux dire que j’ai parcouru un important chemin sur ma façon de concevoir mon mode de vie. Il m’en reste encore beaucoup à franchir.

 

Etre écologiste, ce n’est pas culpabiliser, se culpabiliser, culpabiliser l’autre, chercher la vertu jusqu’à la pureté. Non ! La morale autoritariste n’a pas sa place dans une écologie politique issue d'une pensée de gauche. Chacun a son histoire, son vécu, ses expériences, ses contraintes, ses atouts. L’essentiel est dans son questionnement, dans le sens de sa démarche, dans ses actes et ses choix qui le rapprochent de ses rêves. L'interêt de l’écologie politique c’est le projet proposé à l’ensemble des citoyens pour arriver à sa mise en œuvre collective et en rendre ensuite compte. Un challenge sur lequel notre région, et donc chacun d’entre nous, aura à se prononcer en mars à travers l’élection du conseil régional.

 

Alors, à nos actes, à nos choix,  pour nous rapprocher de nos rêves !

Publié dans position

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Xavier 09/01/2010 22:54


Le contenu de cette mise au point me plait beaucoup, et il est pertinent d'écrire ces mots en cette période où les écologistes sont parfois attaqués,
peut-être parce leur stratégie et leur programme plaisent à de plus en plus de citoyens, et font peur (électoralement) à d'autres.
( voir par ex. "Libération" de ce samedi 09 janv. pages 2 à 4).

Ne change pas Arnaud ! 


Arnaud 11/01/2010 11:05


merci pour tes encouragements Xavier!