j'ai signé, fais suivre cette pétition et reste vigilent ...

Publié le par Arnaud

usine à cochon sur Bambecque


Comme indiquée par la commune (de Bambecque- note perso) des investisseurs souhaitent installer une usine à cochon au 7, rue ma campagne pour 3000 emplacements d'engraissement soit 6000 cochons à l'année. Pour l'instant le permis est refusé.

Voici une pétition sur Houtkerque concerné également pour 2 000 emplacements soit 4 000 animaux à l'année.

Sachez qu'à Houtkerque le permis de construire a été accepté, une enquète publique est en cours, pour le permis d'exploitation.
Chaque citoyen peut aller donner son avis jusqu'à la fin octobre, sur le registre à cet effet en mairie d'Houtkerque.

Vous remplacez ci-dessous Houtkerque par Bambecque et cette pétition vous concernera à coup sur alors soutenez là, en allant la signer et en allant indiquer votre position sur le registre en mairie d'Houtkerque.

------------

Date de création : 02/10/2009
Date de cloture : 20/10/2009

Auteur : corinne delecluse
18 bis rue de l'hofland
59470 houtkerque

assistante maternelle, une des victimes de l'élevage de cochons industriels, en provenance de belgique

A l'attention de : M. le Prefet

TROP, C’EST TROP.

On a coutume de dire que de vivre à la campagne, c’est une chance. Et il est vrai que c’en est une. Sauf qu’aujourd’hui, à Houtkerque, petit village paisible des Flandres, on nous menace de l’implantation, au sein même de la commune, d’une usine à cochons de près de 2000 têtes, en provenance de Belgique.
Pour ceux qui vivent en zone rurale, c’est bien évidemment un choix de vie mais cela demande aussi une capacité d’adaptation quotidienne : on accepte ainsi de faire 30 km pour trouver un cinéma, on sait qu’il faut prendre sa voiture pour le moindre déplacement, on manque cruellement de structures comme des crèches ou des médiathèques ; on accepte même (mais a-t-on réellement le choix ?) de payer des impôts fonciers quelquefois exorbitants pour financer des aménagements dont d’autres dans la région profiteront. C’est ce qui s’appelle la solidarité. Tout cela on peut le supporter et on le supporte chaque jour. Mais là, trop, c’est trop. La coupe est pleine.
La station d’engraissement de cochons est prévue au centre du village, avec des habitations toutes proches. De jeunes couples, certains avec des enfants en bas âge, viennent de s’installer en ne se doutant pas une minute de ce qui les attendait … Celle usine nuira bien évidemment à leur qualité de vie et à celle d’une bonne partie des habitants d’Houtkerque et en plus cela ruinera leur capital immobilier. Les dits cochons viendront de Belgique, repartiront en Belgique mais les nuisances elles, ne passeront pas la frontière et resteront …. en France. Que dire de la pollution sonore, avec des camions qui vont passer chaque jour, des odeurs, de la prolifération des mouches et autres insectes, de la dégradation des routes, rapide et irréversible, et surtout de la pollution des nappes phréatiques, puisque 200 ha (vous avez bien lu : 200 ha !!! ) seront requis pour l’épandage du lisier.
Que l’on ne se méprenne surtout pas, nous aimons nos agriculteurs et nous n’oublions pas que nous sommes chez eux. C’est justement pour les défendre que nous nous insurgeons aujourd’hui contre l’implantation de cette usine, qui mettra certainement en péril les futures installations de jeunes agriculteurs sur le village en production porcine.
N’est –il pas par ailleurs souhaitable de conserver et d’aider sur notre territoire, ces exploitations à taille humaine, qui produisent, elles, une viande de qualité ?
À l’heure de l’écologie et de la lutte contre la mal bouffe, qu’un tel projet puisse avoir l’aval d’un maire est tout à fait SIDÉRANT !

Source : le blog de Bambecque en campagne

Mon commentaire avec ma signature :
Un des enjeux de notre siècle sera la transformation de notre agriculture pour qu'elle retrouve sa place "humaine" dans l'histoire des hommes et de sa planète. Nous sommes là aussi à un tournant évident de système qui si nous ne changeons pas (le chrono est lancé) nous méne droit dans le mur. Nous devons passer d'un productivisme destructeur à un système qui remet le paysan, le consommateur et la terre au coeur de nos échanges. Les menaces sur le climat, les effets sur la santé tant pour l'agriculteur que pour le consommateur, les menaces sur la biodiversité, la perte de sens d'un métier qui enfonce les agriculteurs dans la morosité sont des indicateurs qui nous obligent à bouger. Nous avons de plus en plus d'alerte en direction du grand public sur le sujet (films militants, études, ...). Notre territoire ne doit pas être en reste. Nous ne devons pas faire contre les agriculteurs mais bien au contraire retrouver les petites installations en lien avec le tissus local et favoriser les circuits courts ainsi que la culture bio. Les mégas installations sans lien direct avec le territoire (autre que les désagréments) ne sont plus des solutions d'avenir...
http://hondschoote-debat.over-blog.org/

Commenter cet article

Yves Cayla 03/02/2010 15:29


L'association ACIPE lutte également contre un projet d'usine à porcs (18600 "viandes"/an) à Chauvigny (86300)
Vous pouvez visiter notre site et signer notre pétition.
Merci, et courage
Yves 


Arnaud 03/02/2010 15:37


pour ma part c'est fait! A nos actions en commun...