s'unir pour l'eau...

Publié le par Arnaud

Quatre territoires s'unissent pour lutter contre les inondations

jeudi 03.09.2009, 04:46 - La Voix du Nord

 Louardi Boughedada, Christian Denis, Jean Shepman et Jean-Claude Dissaux, les quatre présidents. Louardi Boughedada, Christian Denis, Jean Shepman et Jean-Claude Dissaux, les quatre présidents.

|  EAU |

« C'est un tournant dans la lutte anti-inondation ». Voilà comment Christian Denis a présenté, hier, l'union des quatre présidents des commissions locales de l'eau du territoire Lys-wateringues, demandée par l'État. Une union qui pourrait faire la force.

 

PAR GWÉNAËLLE LAVENANT

saintomer@lavoixdunord.fr «  C'est un baptême. Et le papa, c'est l'État. » Certes, la métaphore de Jean Schepman, président de la commission locale de l'eau de l'Yser, peut prêter à sourire. Mais c'est bien l'État, par l'intermédiaire du ministère de l'Écologie, de l'Équipement, du Développement durable et de l'Aménagement du territoire, qui a incité les Nordistes à travailler ensemble. Il a nommé le territoire Lys-wateringuesterritoire d'expérimentation pour la mise en oeuvre de la directive européenne « inondation ». Tout comme la Loire.


L'occasion pour quatre territoires (les SAGE de l'Audomarois, du delta de l'Aa, de la Lys et de l'Yser), de travailler ensemble. «  On leur dit merci et bingo ! », réagit Christian Denis. Mais pourquoi avoir attendu pour se réunir ? « Ça prend du temps, et là, il y a un déclencheur, c'est l'État », justifie-t-il. Louardi Boughedada renchérit : «  Sur la problématique de l'eau, il y a une multitude d'acteurs, l'État commence à organiser les actions. Notre initiative est dans cette perspective, il y a quelques années, aucun moyen juridique n'existait ! » Disons qu'avec cette nomination venue du sommet, Christian Denis, Jean Schepman, Louardi Boughedada et Jean-Claude Dissaux, les quatre présidents des commissions locales de l'eau concernées, ont aussi trouvé là le moyen, d'avoir plus d'arguments pour trouver des financements. «  Il faut d'abord une volonté commune. Après, à quatre, on le trouvera l'argent », dit Jean Schepman.


Jusqu'à présent, chacun faisait comme il pouvait dans son coin. Car les quatre territoires ne disposent ni des mêmes ressources, ni des mêmes besoins. Exemple pour le delta de l'Aa : «  Nous, on n'a pas d'eau potable. Si l'Audomarois n'était pas là, nous n'aurions pas d'eau  », détaille Louardi Boughedada. Et d'ajouter : «  Nous devons être gestionnaires d'un patrimoine ». La problématique des crues, est elle-aussi, évidemment au coeur des préoccupations (lire ci-dessous).


Alors, régulièrement, les quatre présidents rencontreront le sous-préfet de Dunkerque pour lui faire part de leurs réflexions. La prochaine réunion est fixé au 23 septembre. La première étape sera d'associer l'ensemble des maîtres d'ouvrage de l'aménagement hydraulique pour créer un programme de travaux pour lutter contre les inondations. «  J'espère que ce ne sera pas que des paroles. En tout cas, on n'est pas près de lâcher », lâche un Christian Denis bien décidé à exploiter le filon. •

Publié dans dossier wateringues

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article