éco blanchiment ou greenwashing par l'exemple...

Publié le par Arnaud

1.2/5  c’est la note obtenu par  la marque Le Chat pour ses nouvelles lessives « vertes » promus à grand renfort de publicité. Cette note a été attribuée par l’Observatoire indépendant de la publicité, lancé le 3 février par le regroupement d’ONG l’Alliance pour la planète.

 

Si la publicité informe que le produit est 100 % de tensio-actifs d’origine végétale, 100 % de tensio-actifs biodégradables, efficacité en eau froid, le gros problème est que cela n’est cautionné que par un label privé et non par des labels indépendants (pas de label écologique de l’Union européenne ni de marque NF environnement).

 

Selon l’industriel, les labels indépendants imposeraient des dosages trop faibles qui demanderaient de surélever la température pour un lavage parfaitement efficace.

 

 Mais la force publicitaire d’une lessive qui lave plus vert que vert laisse quand même interrogateur quant à l’absence d’un écolabel reconnu et au flou qui plane sur la proportion d’huile de palmiste produite « durablement », « eu égard aux différentes sources de production, en Indonésie et en Malaisie ». Utilisation d’huile de palme qui si elle est produite de façon non résonnée entraine un massacre écologique et sociale (surexploitation de l’homme et de la forêt).

 

Bref, pour ses achats, « Chat » va mieux en ne se fiant pas uniquement à la pub verte…

 

 

Note inspirée de l’article de Terra Economica verte  « Le Chat jette de la poudre aux yeux »

Publié dans Alimentation Commerce

Commenter cet article

marc 25/08/2009 07:35

Bonjour,moi je parlerai de certains magasins qui se foutent du consommateur. Avez-vous remarqué que les éco-recharges (lessives par exemple) sont plus chères que les produits emballés de façon classique?C'est une belle arnaque.Marc.