le dernier forcing des pro Flamoval...

Publié le par Arnaud

Du nouveau autour de Flamoval, en attendant la réponse finale

mardi 12.05.2009, 04:48 - La Voix du Nord


 Chantal Jouanno, secrétaire d'État à l'Écologie recevra, demain matin au ministère, une délégation du SMFM.

|  INCINÉRATEUR |

Une délégation du syndicat mixte Flandre Morinie (SMFM), porteur de l'incinérateur Flamoval, sera reçue demain matin par la secrétaire d'État à l'Écologie, Chantal Jouanno, au ministère. Par ailleurs, comme un signe de bonne volonté, le SMFM va recruter une personne chargée d'étudier la construction d'un centre de valorisation organique (CVO) en complément de Flamoval.

 

PAR DAVID MONNERY

saintomer@lavoixdunord.fr Un peu plus d'un mois après avoir rencontré le préfet et neuf mois après un entretien au ministère de l'Écologie, André Bonnier, président du SMFM, porteur de Flamoval, conduira une nouvelle délégation à Paris, demain matin. Cette fois, c'est auprès de la secrétaire d'État à l'écologie, Chantal Jouanno, qu'il défendra le projet d'incinérateur Flamoval.

«  Je vais lui rappeler que cette attente est devenue insupportable pour tout le monde, pour la population, les élus, les entreprises, etc., indique André Bonnier. Nous souhaitons désormais une réponse, qu'elle soit positive ou négative, mais il faut que l'État se décide et qu'on sache. » Toutefois, le président du SMFM ne s'attend pas à être fixé sur le sort de l'incinérateur dès demain. «  C'est le préfet qui décide donc je ne m'attends pas à avoir de réponse mercredi, souligne André Bonnier. Mais cependant, j'espère bien revenir avec des éléments sur la nature et le délai de cette réponse. »

Gisement

En attendant, comme pour témoigner de sa bonne volonté, le SMFM vient de décider de recruter un assistant maîtrise d'ouvrage (AMO) pour préparer la construction d'un centre de valorisation organique (CVO, pour les déchets fermentescibles) en parallèle de Flamoval.

«  C'est une toute première étape, explique André Bonnier. Cette personne sera chargée de réaliser une étude de faisabilité par rapport au gisement, au coût et au type de process qui pourrait être mis en oeuvre. » Une réserve foncière est en effet prévue à cet effet par le SMFM depuis le début du projet Flamoval. «  Notre projet d'incinérateur est bouclé, alors on lance celui du CVO », poursuit André Bonnier comme pour répondre à la demande du préfet qui, à son arrivée en janvier, avait réclamé un échéancier pour la construction d'un tel CVO.

«  Si ce nouveau centre pouvait nous permettre de traiter les 16 000 tonnes de différence, ce serait magnifique », commente André Bonnier. En effet, la dernière commission générale du SMFM a montré que 192 923 tonnes sont produites sur son territoire chaque année. «  Nous en valorisons 44 %, soit 84 163 tonnes, indique André Bonnier. Il reste ainsi 108 760 tonnes à traiter, or Flamoval a été dimensionné pour 92 500 tonnes. » •

Commenter cet article