aménagement du territoire et risque de la montée des eaux...

Publié le par Arnaud

« Si on ne fait rien, ce sera la catastrophe »

Publié le vendredi 10 avril 2009 à 06h00 Nord Eclair.


Frédéric Denhez est un journaliste scientifique originaire du Nord. Il a publié « Quelle France en 2030 ? » dans lequel il décrit ce que pourrait être l'agriculture, l'urbanisme, la nature ou l'alimentation de la France dans 20 ans.



Quel sera le visage du Nord -Pas-de-Calais en 2030 ?


>> Dans les wateringues (les terres gagnées sur la mer, ndlr), il y a une probabilité d'humectation des sols. Les zones des wateringues sont menacées de submersion sur une échelle longue. C'est inévitable et contre ça, les digues et les ouvrages artificiels ne serviront à rien. On sait qu'il va falloir reculer l'aménagement du territoire, mais ça, ce n'est pas à l'échelle d'un mandat de maire. C'est un investissement sur 50 ans et on ne sait pas le faire. 85 % du linéaire côtier entre Bray-Dunes et Le Havre recule de 1 mètre par an en moyenne. À Wissant, c'est visible. Au Touquet, les dunes reculent, on les fixe avec des oyats, mais ça ne suffit pas. D'ici 20 ans, le littoral de la côte d'Opale pourrait être 30, 40, 90 ou 100 mètres à l'intérieur des terres. Les caps Gris-Nez et Blanc-Nez seront plus érodés. Wissant sera peut-être devenu un golfe et la baie de Somme sera refermée au niveau d'Hourdel... Et on fera peut-être du vin sur les terrils.

On peut faire de la prospective à 20 ans ?
>> Oui, on sait où les choses vont nous mener à 20 ans. Dans le bouquin, j'explique qu'il y a deux problèmes : la diminution des ressources naturelles et la modification climatique. Après il y a plusieurs scénarios : ce qui pourrait se passer si on ne fait rien et ce qui pourrait se passer si on agit. Et là interviennent des décisions sociologiques, politiques et culturelles. On a tous les outils pour s'en sortir mais si on ne fait rien, ce sera la catastrophe. C'est comme une guerre, mais une guerre qu'on peut mener d'autant plus facilement qu'on en connaît les tenants et les aboutissants. Les décisions reposent sur nous. Et on ne pourra pas continuer à avancer si on ne remet pas en cause notre mode de vie.

Ce que vous racontez sur la nourriture dans 20 ans a de quoi faire frémir...
>> La France est un pays de bouffe, mais on a peur de tout, que la bouffe nous donne mal au ventre, peur d'être intoxiqué. Un hygiénisme se met en place. Si on continue à avoir peur de la bouffe, on va vers une nourriture artificialisée dans laquelle on rajoute du goût. On va vers des produits qui font du bien au corps. Un camembert gras auquel on aura injecté une vitamine pour faire baisser l'Alzheimer ! Ce sera des nano-particules dans les aliments, pourquoi pas des capsules qui ralentissent l'obésité dans les Mac Do ! Mais après, il y a aussi le retour des « bonnes valeurs ». Les gens ont envie de savoir ce qu'ils achètent et on revient sur les bons produits.
VIOLAINE MAGNE

NB : la photo prise par mes soins correspond à l'aménagement de parcelles pour 43 logements libres de constructeur  non loin du panneau indiquant "Vous êtes aux Moëres altitude - 2,5 m"

Publié dans dossier wateringues

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Christel 14/04/2009 16:10

En complément de cet article sur l'aménagement du territoire, je vous propose de télécharger gratuitement un rapport sur Les facteurs de diversité du territoire français:  http://www.doc-etudiant.fr/Histoire-geographie/Geographie/Cours-Les-facteurs-de-diversite-du-territoire-francais-1163.html