3 étapes pour des économies...

Publié le par Arnaud

Le dernier conseil municipal a voté une  enveloppe de 5000 € au titre de la prime pour les énergies renouvelables. Si cette proposition est louable de la part de la commune, cette étape devrait s'inscrire dans un ensemble de démarches à promouvoir qui favorise les économies du particulier et participe à la lute du changement climatique.

                                                   

1° : rationnaliser ses dépenses énergétiques

Comment puis-je diminuer ma facture énergétique ? Quels sont les reflexes à adopter ? Plusieurs éco gestes sont possibles (plusieurs sites existent sur le sujet et des partenaires sont mobilisables sur le dunkerquois. Si le sujet vous intéresse, je peux organiser une visite d'un logement type... contactez moi).

 

2° : éviter la déperdition

On pourra mettre toutes les énergies renouvelables que l'on veut mais si à la base le logement est mal isolé le résultat restera médiocre. Il est donc indispensable de favoriser les travaux d'isolation (mur, toit) qui permettront de moins dépenser. Les aides de l'état (voir ci-dessous) sont à utiliser.

 

3° : utiliser les énergies renouvelables

Enfin après ses différentes étapes, les énergies renouvelables doivent être la solution pour diminuer notre empreinte sur le changement climatique.

 

 

 

Les textes relatifs à l'éco-prêt à taux zéro sont publiés

 

01/04/2009 12:02
Le lancement de l'éco-PTZ a été concrétisé, mardi 31 mars, par la publication au Journal officiel de 3 décrets et 1 arrêté. Le gouvernement s'était engagé à ce qu'il puisse être prêté par les banques dès le 1er avril.

  

 

Voté par les députés dans le cadre de la loi de finances pour 2009, l'éco-PTZ est la pièce maîtresse du gouvernement pour améliorer la performance énergétique des bâtiments résidentiels anciens, copropriétés et locations incluses, avec le crédit d'impôt «développement durable». Les deux dispositifs sont cumulables, à condition que les revenus du ménage ne dépassent pas les 45.000 euros annuels.

Le premier décret (1) établit les conditions d'attribution de l'éco-PTZ, ses caractéristiques financières, la compensation apportée aux banques par l'Etat, les conventions entre celui-ci et les établissements bancaires, ainsi que le contrôle de l'attribution du prêt. Selon le décret, «l'établissement de crédit apprécie sous sa propre responsabilité la solvabilité et les garanties de remboursement présentées par l'emprunteur». La promesse gouvernementale de l'attribution d'un éco-PTZ sans condition de ressources sera-t-elle tenue?

Le second décret (2) détermine le bouquet de travaux à réaliser pour bénéficier de l'éco-PTZ. Trois possibilités:

- soit une combinaison de deux actions efficaces parmi les suivantes - travaux d'isolation thermique des toitures; des murs extérieurs; des parois vitrées et portes donnant sur l'extérieur; d'installation, de régulation ou de remplacement de systèmes de chauffage, le cas échéant associés à des systèmes de ventilation économiques et performants, ou de production d'eau chaude sanitaire; d'installation d'équipements de chauffage utilisant une source d'énergie renouvelable; de travaux d'installation d'équipements de production d'eau chaude sanitaire utilisant une source d'énergie renouvelable. Le plafond maximum de l'éco-PTZ -30.000 euros- pourra être emprunté uniquement si trois de ces travaux sont réalisés, précise le décret. 20.000 € si deux seulement sont effectués.

- soit des travaux permettant d'atteindre une performance énergétique globale minimale du logement en limitant la consommation d'énergie du bâtiment pour le chauffage, l'eau chaude sanitaire, le refroidissement, l'éclairage et les auxiliaires. Là aussi, le plafond maximal est de 30.000 €.

- soit des travaux de réhabilitation de systèmes d'assainissement non collectif (ANC) par des dispositifs ne consommant pas d'énergie. Cette disposition avait été introduite par les députés au cours de l'examen du projet de loi de finances pour 2009 (3). Montant maximum de l'éco-PTZ dans ce cas: 10.000 €.

Les travaux réalisés à compter du 1er mars, soit avant la mise en place du dispositif, seront éligibles à l'éco-PTZ, indique le décret. La nature et les caractéristiques techniques des travaux d'économie d'énergie, ainsi que les justifications apportées par l'emprunteur à sa banque sont précisées dans l'arrêté (4).

Enfin, le troisième décret (5) est «relatif aux obligations déclaratives et aux modalités de détermination et d'imputation du crédit d'impôt (...)» pour les banques prêtant l'éco-PTZ.

Le Syndicat des énergies renouvelables (SER) s'est félicité du dispositif, «qui soutiendra la croissance du secteur des énergies renouvelables dans le bâtiment existant». L'annonce a aussi été bien accueillie par les Amis de la terre, qui regrettent pourtant d'une part la durée «insuffisante» du prêt; d'autre part les normes de consommation d'énergie primaire des logements après travaux, s'élevant seulement à 150 kilowattheures par mètre carré et par an (kWh/m2/an) lorsque leur consommation est supérieure ou égale à 180 kWh/m2/an. Un seuil qui tue «le gisement des économies d'énergie du parc de logements» et empêchera ce secteur d'atteindre le facteur 4 en 2050.

D'une durée de 10 ans, pouvant être portée à 15 par les banques, l'éco-PTZ concerne aussi les frais d'études ou de maîtrise d'ouvrage.

(1) Décret n° 2009-344 du 30 mars 2009 relatif aux avances remboursables sans intérêt destinées au financement de travaux de rénovation afin d'améliorer la performance énergétique des logements anciens
(2) Décret n° 2009-346 du 30 mars 2009 relatif aux avances remboursables sans intérêt destinées au financement de travaux de rénovation afin d'améliorer la performance énergétique des logements anciens
(3) Dans le JDLE «Budget 2009: les députés ont adopté le projet de loi»
(4) Arrêté du 30 mars 2009 relatif aux conditions d'application de dispositions concernant les avances remboursables sans intérêt destinées au financement de travaux de rénovation afin d'améliorer la performance énergétique des logements anciens
(5) Décret n° 2009-347 du 30 mars 2009 relatif aux obligations déclaratives et aux modalités de détermination et d'imputation du crédit d'impôt en faveur des établissements de crédit qui accordent des avances remboursables ne portant pas intérêt pour le financement de travaux d'amélioration de la performance énergétique des logements anciens

 

Source de l'info éco prêt à taux zéro : le journal de l'environnement

Commenter cet article

Arnaud VR 03/04/2009 23:13

Bravo le conseil !Une décision municipale pleine de bon sens et dans l'air du temps... L'occasion pour moi de vous informer sur le programme du 2ème salon des energies et Matériaux Naturel à hondschoote.Nous avons invité pour cette 2 ème édition les institutionnels tel que Agence de l'eau, Bleu ciel EDF, Adème... Ceux ci pourront effectivement apporter le conseil dont Arnaud Ginions nous parle dans ce billet. Les conférences débats de la mairie seront remplacées par des cafés-citoyens (moins pompeux mais tout aussi sérieux !) La CAPEB occupera le hall de l'hôtel de ville avec une maquette géante de chantier réservée aux enfants...La Chambre d'agriculture présentera les cultures biomasse ou carburant tel que miscanthus, blé  et betterave éthanol.Ce salon rassemblera également de nombreux professionels disponibles pour vos futures réalisations.La place d'Hondschoote sera durant ce week end de juin: semi -piétonne et festive grâce à des animations musicales ainsique des spectacles surprises...Ne ratez pas ce rendez vous citoyens et passez le week end à Hondschoote le samedi 13 juin 2009 de 14h à 19h et  le dimanche 14 juin de 9h à 18h.Plus d'infos pour participer: 06 86 07 85 87
Arnaud VR pour Le Commerce Hondschootois (organisateur du salon)

Arnaud 04/04/2009 22:18


je te retourne le bravo pour ce programme qui est alléchant!

En effet les conseils sur "comment on peut économiser" me paraissent indispensables. On le voit avec la crise financière, finalement qui va payer les dettes qui se creusent ? Nous tous. Pour la
crise écologique, on se dirige vers le même mal... ceux qui vont pâtir le plus des impacts des modifications de notre environnement seront les plus fragiles, car comment dés à présent financer son
isolation, sa modification de chauffage, son lieu d'habitation, ... ?
C'est pour cela que la prime alimentée à hauteur de 5000€ est certes interessante (je l'ai voté avec mon groupe) mais il faudra voir dans les modalités comment elle pourra être utilisé pour les
ressources les plus faibles (5000 € cela fait env 4€ pour l'ensemble des habitations hondschootoises) car pour moi c'est là le véritable enjeu pour ne pas se retrouver avec une crise sociale dure
nait du creuset des inégalités.

Sur les agrocarburants ou le nucléaire via EDF, il y a de quoi faire des débats animés ;)

Bonne prépa et que la ville s'anime pour la planète !