l'avenir de la Poste...

Publié le par Arnaud

Nous le savons, la Poste de Hondschoote cherche à revendre ses murs pour devenir simple locataire. Notre groupe a demandé d'être attentif au devenir de ce service public sur notre commune. Voici sur ce sujet un communiqué des Verts Nationaux :

Maintenir le statut public de la Poste pour améliorer le service public

Motion adoptée par le CNIR des 21 et 22 mars 2009

 

Le gouvernement a annoncé, en décembre 2008, vouloir transformer rapidement la Poste en Société Anonyme, cette transformation préfigurerait très probablement une privatisation de l’entreprise publique.

La mise en concurrence des opérateurs postaux imposée par l’Union Européenne n’impose pas la privatisation et le statut de la Poste demeure de compétence nationale.

Le groupe La Poste n’est pas en déficit. Il a fait 800 millions d’€ de bénéfices en 2006 et 1 milliard d’€ de bénéfices en 2007, alors même que l’État lui impose des services coûteux sans les rémunérer (tarifs bonifiés pour la diffusion de la presse, même distribution du courrier sur tout le territoire, accessibilité bancaire, etc).

Dans les autres pays européens où les services postaux ont été privatisés (Suède, Royaume-Uni, Finlande, Allemagne), il y a eu dégradation des services rendus, augmentation des tarifs pour les usagers, diminution du personnel et réduction drastique du nombre de bureaux assurant le service public postal.

La Poste doit demeurer un service public de qualité, rendu de la même manière à tous les citoyens, en ville ou à la campagne, en centre-ville ou en périphérie. Seule une entreprise publique telle que la Poste peut faire prévaloir ses missions de service public sur la seule rentabilité financière. Elle permet une péréquation entre les territoires, participe au développement du lien social, à un aménagement équilibré de nos territoires et à l’accès aux services bancaires des plus défavorisés.

Depuis cet automne, syndicalistes, agents, usagers et élus s’organisent pour s’opposer au projet de privatisation de la Poste. La convergence de ces approches doit nous permettre d’inventer les voies d’une amélioration du service public postal et de proposer une alternative au projet gouvernemental.

Les Verts, réunis en CNIR les 21 et 22 mars 2009 : rappellent qu’ils s’associent à la demande de référendum sur le service public postal, contre la privatisation de la Poste et pour un débat public demandent à la Poste de surseoir à la fermeture de bureaux de Poste, de concerter les usagers quant à l’amplitude des horaires d’ouverture et d’assurer toutes ses missions dans leur complémentarité demandent au gouvernement de renoncer à la transformation de la Poste en Société Anonyme afin que la Poste demeure une entreprise publique, sans ouverture du capital proposent l’ouverture des commissions départementales aux usagers et la création de comités d’usagers dans le but de mieux adapter les services fournis par la Poste aux besoin des usagers et d’envisager l’association d’autres services publics aux bureaux de poste (vente de billets SNCF, point Internet, points santé, points ANPE-ASSEDIC par exemple) souhaitent que les parlementaires Verts, français et européens, agissent pour le maintien, l’amélioration, la démocratisation et l’extension des services publics invitent les éluEs Verts dans les collectivités territoriales à proposer au vote des assemblées des vœux s’opposant à la privatisation de la Poste et à initier des consultations populaires, de type référendum proposent au comité national contre la privatisation de la Poste d’organiser des votations citoyennes pour démontrer l’attachement des citoyens et usagers à ce service public appellent les citoyens à signer massivement l’Appel pour la Poste

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article