Conseil Municipal, Budget et CCAS...

Publié le par Arnaud

Voici mon intervention à l'occasion du vote du budget primitif et concernant la ligne CCAS, je voudrais vous exposer les raisons pour lesquelles j'ai voté contre le budget CCAS et nous voterons contre le budget primitif :


-         Sans parler de la forme puisqu'au conseil d'administration du CCAS nous avons les documents sur table, vous m'avouerez qu'il est difficile dés lors de se prononcer correctement.


-         Mais surtout sur le fond. De ce que je peux percevoir de la présentation, j'ai une crainte : c'est que le CCAS se perd dans des prestations locatives qui l'éloigne de ses missions de développement social. La vocation du CCAS n'est pas en soi  de gérer un parc immobilier  mis en location à des particuliers. Qui dit mis en location dit entretien du bâtit par le propriétaire et perception de loyers qui quand cela se passe mal est toujours conflictuel. La gestion de l'écogite communal est-t-il indispensable alors que le privé c'est très bien gérer de telle activité locale à dimension humaine ? L'achat de l'immeuble à la Poste par le CCAS est-elle indispensable pour un loyer futur de location peu élevé proposé par la banque postale et qui peut préfigurer à terme le départ de celle-ci ? Par contre si nous sommes dans un projet social autour du logement c'est-à-dire que les logements possédés permettent à des personnes en ruptures sociales de retrouver pied et de formuler un parcours résidentiel, là milles fois oui. Alors par exemple l'achat du presbytère serait plus judicieux pour permettre de créer des logements passerelles en  partenariat avec un organisme social. Je ne perçois pas cette orientation là.  


-         Autre point,  Le budget CCAS reflète la mise en place de la politique sociale de la ville. Avec ses priorités, ses objectifs et ses moyens de mises en œuvre. Or quelle est justement cette politique sociale portée par la ville via le CCAS. A partir de quel diagnostic des besoins partons-nous ? A quoi sommes-nous attentif ? Quelle démarche d'accompagnement des familles les plus fragiles mettons-nous en marche pour une insertion pérenne ? Sur quel partenariat nous appuyons nous ? Quel bilan faisons-nous des actions entreprises ? De tout cela il n'y a pas de lisibilité.


-         Enfin pour terminer j'engloberais le budget du CCAS dans le budget proposé par la ville ce jour. Sa ligne de financement est égale à l'an dernier comme depuis quelques années. Aujourd'hui nous savons que nous traversons des turbulences économiques importantes, turbulences qui n'ont pas l'air d'influencer vos orientations. (PIB -3%, + 390 000 chômeurs les 6 premiers mois). Si au sein de vos amis de droite au niveau national quelques voies s'élèvent pour remettre en cause le cadeau fiscal dans une situation de crise qui demande avant tout de la solidarité, il y a des symboles qui ici restent choquant. Si l'an dernier nous sommes déjà passés à une augmentation substantielle des indemnités des élus, cette année nous voyons que la ligne s'arrondie à 100 000€. Certes nous n'avons là qu'une hausse de 300€ cette année comparé au 9700€ de l'an dernier mais il y a des actes symboliques en ces temps difficiles pour les hondschootois  qui nous paraissent vraiment indécents!



Plusieurs réactions de Monsieur le Maire en colère. En résumé :

-         Je ne peux pas dire que Hondschoote n'aide pas les plus démunis (ce n'est pas ce que je dis).

-         Que l'insertion est fait grâce aux chantiers écoles et que certaines personnes apprennent à jardiner et peuvent récupérer la production par exemple (c'est un peu court comme définition de l'insertion)

-         Qu'au sein du CCAS on ne m'entend guère (forcément nous ne sommes pas sur la même orientation)

-         Que l'indemnisation des élus se fait dans la clarté à l'inverse d'autres endroits et que les frais de déplacement ne sont pas pris en compte.

-         Que je ne comprends pas tout ou je n'entends pas ce qui est dit lors des conseils d'aministration du CCAS (oui en effet,  j'ai du mal à comprendre le fonctionnement de l'action sociale de la majorité).

-         Que mon intervention est démagogique qui ne fait plaisir qu'à ceux qui sont avec moi (le symbole n'est pas démagogique mais exprime hélàs une réalité chiffrée)


Commenter cet article

Yannn Hamard 24/03/2009 16:15

Helas dans notre Flandre, de nombreuses communes en sont encore au niveau du Bureau de bienfaisance, avec notables, proprietaires terriens, et représentant de l'usine, s'i y en a une dans le village. Quant au diagnostic social, pourtant obligatoire, c'est un instrument totalement inconnu....J'ai même entendu un administrateur de CCAS de notre canton, dire que celui qui avait faim chez nous était un rigolo;-pensez donc, avec toutes les patates qui trainent dans les champs aprés la récolte.......bref avec des analyses aussi fines, les plus démunis ne sont pas prets de devenir acteurs de leur insertion!!!!!! JH

Arnaud 24/03/2009 16:46



Merci pour votre commentaire et je suis tout à fait d'accord avec ce que vous dites. d'ailleurs si ous êtes dans le coin cela vaudrait le coup qu'on en discute ensemble.
Pour ma part j'ai rappelé que l'aide sociale est passé par le paternalisme puis l'assistanat et maintenant sur des démarches d'accompagnement social en lien ave le professionnel. Et même dans ce
cadre il y aurait des choses à dire sur comment on soutient les parcours  fragilisés à un moment donné (ce qui peut tous nous arrivés)...
Cordialement
Arnaud