2 000 bêtes pourraient arriver à Bambecque, 1 900 à Houtkerque.

Publié le par Arnaud

Les porcheries industrielles priées d'aller s'installer ailleurs

Publié le jeudi 10 juin 2010 à 06h00

 

Les habitants redoutent la pollution de l'Yser et de leurs sols à cause d'épandages sauvages de lisier et de fumier.Photo Hubert Van Maele


À Bambecque et Houtkerque, près de Wormhout dans les Flandres, les habitants se battent contre l'implantation de porcheries industrielles belges. Une nouvelle mobilisation est prévue dimanche.


JUSTINE FAIDERBE > region@nordeclair.fr

 

Un barbecue en plein hiver, une manifestation « pacifiste » à l'inauguration d'un bâtiment Haute qualité environnementale, et maintenant, ou plutôt, dimanche, une randonnée à vélo à travers la Flandre. Un t-shirt vert sur le dos.
À Bambecque comme à Houtkerque, l'assaut a été donné dès l'annonce d'un projet de porcheries industrielles, en début d'année : « Pas question de se laisser faire. » Les habitants se sont mobilisés en collectif pour « dénoncer les industries, mais pas les porcheries ».


2 000 bêtes pourraient arriver à Bambecque, 1 900 à Houtkerque.
Membre du collectif bambecquois et élu de la commune, Frédéric Wojtkowiak organise la manifestation de ce week-end. Il explique : « Le risque, ce sont les épandages sauvages du lisier et du fumier de porcs dans les champs du village. Ça risque de polluer l'Yser, la rivière voisine, et nos terres. » Comme en Bretagne, souligne Frédéric, avec le « lessivage des sols par les eaux de pluie ».

Le projet validé à Houtkerque


Mais dans le village de Bambecque, 760 habitants, on ne « redoute » pas seulement la « dégradation de la qualité des eaux » : « Avec le passage intensif de camions et de tracteurs, les routes s'abîmeront plus vite que d'habitude. Les réfections seront à la charge du contribuable. » Et puis, le promoteur, belge, avant même d'avoir obtenu l'aval de la préfecture pour son projet, a prévu d'ici deux à trois ans de « mécaniser son industrie pour transformer le lisier en gaz », continue Frédéric Wojtkowiak.
À Houtkerque, l'association environnementale Défi a appris fin mai que le Coderst (Conseil départemental de l'environnement et des risques sanitaires et technologiques) validait le projet d'installation de la porcherie.


Après avoir reçu un avis défavorable du conseil municipal et de l'enquête publique. Bambecque attend toujours la réponse, soutenu par les Verts et des conseillers généraux Jean Schepman et Patrick Kanner. En « espérant » que le projet ne sera pas validé. La porcherie industrielle doit s'installer au 7, rue de ma Campagne.

Commenter cet article