Le sol et les wateringues... même combat!

Publié le par Arnaud

 

Une interview pas trés réjouissante mais des enseignments précieux pour faire autrement...

Claude Bourguignon, né en 1951, est un ingénieur agronome français, réputé pour ses travaux et expériences sur la micro-biologie des sols. Docteur es-sciences et fondateur du LAMS : Laboratoire d'Analyse Microbiologique des Sols, il travaille en France, mais aussi en Europe, en Amérique et en Afrique.

Il est parmi les premiers, dans les années 1970, a avoir alerté sur la dégradation rapide de la biomasse et de la richesse des sols en micro-organismes et en champignons microscopiques, ainsi que sur la perte d'humus et de capacité de productivité des sols agricoles européens, ou des sols auxquels on appliquait les mêmes méthodes en climat tropical ou subtropical. Il a contribué à développer des techniques alternatives qui se sont avérées très efficaces, mais qui demandent une bonne technicité et connaissance du fonctionnement écologique des sols.
source wikipedia.org

Un autre éclairage pour comprendre que seuls les wateringues ne peuvent remédier à l'évacuation des eaux mais qu'une politique en profondeur avec l'appui auprès des agriculteurs est une nécessité. Rappel : les wateringues peuvent efficacement évacuer 120M3/s... au mexique il est tombé 2000M3/s d'eau le 1er novembre!

Merci à Céline pour la vidéo.

Publié dans dossier wateringues

Commenter cet article

jean schepman 09/11/2007 22:28

en tant que président de l'institution interdépartementale pour la gestion des crues des wateringues, il est vrai que 120 M3 / S c'est beaucoup  et c'est ridicukement peu par rapport à notre systéme planètaire.D'accord avec vous : ça va péter bientot !!!

francois ryckelynck 09/11/2007 20:51

Sans être un spécialiste je remarque de plus en plus souvent sur les champs des flaques ce qui viendrait à démontrer que le sol est de plus en plus étanche. L'explication donnée par Claude Bourguigon serait donc démontrée chez nous en Flandre.Faut pousser cette vidéo à notre conseiller général et aux aménageurs afin qu'ils acceptent de prendre en compte cette donnée. Vouloir pomper toujours plus n'est pas la solution, assécher encore et encore non plus il faut donc maintenit les zones humides. Les productions bio dans nos écoles nos maison de retraites, nos ménages déboucheraient sur une amélioration de la qualité des sols et donc sur une meilleure gestion des volumes d'eau pluviales.

paul 08/11/2007 14:15

trois mots,BRAVO!BRAVO!BRAVO!

Arnaud 08/11/2007 16:05

Merci Monsieur le Président! Bravo surtout à l'amie qui m'a donné l'info. L'échange d'info ça a du bon...