Migration... une situation inhumaine

Publié le par Arnaud


Voici un article du Monde sur la situation des réfugiés chez nous. A l'inverse que ce que Monsieur Sarkosy nous fait croire, la situation est loin d'être réglé puisqu'elle devient même inhumaine même si hier la préfécture dément le marquage des réfugiés (voir le blog de Loon Plage cité dans l'article)...

LE MONDE | 02.11.07 | 15h35  •  Mis à jour le 02.11.07 | 15h35
LILLE, CORRESPONDANT
Ce sont "des chiffres inscrits, au gros feutre indélébile, sur les mains de réfugiés, dans un refuge dunkerquois". Dans la lettre qu'il a écrite le 27 octobre, Aïssa Zaibet, secrétaire du Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples
 
(MRAP) du littoral dunkerquois (Nord), juge la méthode "indigne du pays des droits de l'homme". La missive, adressée à Rama Yade, secrétaire d'Etat aux droits de l'homme, Michèle Alliot-Marie, ministre de l'intérieur, et Brice Hortefeux, ministre de l'immigration et de l'intégration, est consultable sur le "blog des réfugiés et migrants de Loon-Plage" (http://refugies.over-blog.com/).
Les associations qui soignent les migrants à Calais dénonçaient déjà, en 2005, les croix inscrites par les forces de police sur les mains. Selon ces collectifs, "ces pratiques continuent". Les inscriptions au feutre permettent de suivre les mouvements des réfugiés.
Conseiller principal d'éducation dans un collège de Grande-Synthe, M. Zaibet dit avoir observé ces pratiques le 24 octobre, lors d'une visite à des migrants "en provenance de Lille". Il s'insurge : "De nos jours, seuls les animaux sont ainsi marqués".
Pour Hervé Alloy, directeur de cabinet du député et maire de Dunkerque, Michel Delebarre, "le nombre de réfugiés est bien moins important ici qu'à Calais ou Cherbourg. Notre port a un terminal transmanche, ce qui explique la présence de Kurdes. Le principal problème du secteur est une aire d'autoroute squattée par des passeurs de la filière calaisienne". La mairie a évoqué le problème la semaine dernière avec le sous-préfet. Ce dernier envisagerait de fermer cette aire de l'A16 - l'autoroute du littoral Nord.
Les migrants avaient d'abord élu domicile entre Grand-Fort-Philippe et Fort-Mardyck, aux abords d'une zone industrielle entourée d'un cordon de dunes, parmi les oyats et épineux. Ils en ont été délogés en début d'année.
Ils ont alors élu domicile parmi des containers à marchandises du port de Loon-Plage. Ceux-ci, empilés, aux couleurs pastel, ressemblent à de fantomatiques cités HLM. Un autre monde a été recréé, "avec ses quartiers, ses étages, son voisinage", écrivait en février 2007 sur son blog Aïssa Zaibet.
A Calais, la situation n'évolue pas. Françoise Duvieubourg, la responsable de la Maison de la solidarité, a fait les comptes : "Au 30 octobre 2007, et depuis le 1er janvier, nous avons enregistré 2 250 mineurs. Soit déjà quatre fois plus qu'en 2006...". Enfants et adultes viennent du Moyen-Orient, d'Asie, d'Afrique subsaharienne, d'Europe de l'Est... Une multinationale de l'exode.
Geoffroy Deffrennes

Publié dans Solidarité

Commenter cet article

Ederza-Naturaimer. 04/11/2007 17:22

Je compatis à la souffrance de toutes ces personnes loin de leur pays, mais  voyez-vous une solution  ? Est-ce que vous hébergez parfois ces pauvres errant le long des routes, leur donnez-vous à manger ? Si oui vous êtes parfait, car moi qui suis très tolérante, et altruiste, je ne vois pas la solution, je peux donner une pièce, à manger mais le reste ? Comment faites vous dans votre commune ! Merci et bonne soirée

Arnaud 04/11/2007 21:30

Ce qui me révolte c'est déjà comment respectons nous des personnes en souffrance qui viennent dans l'espoir d'une vie meilleure du côté de l'angleterre. La déclaration des droits de l'Homme existe aussi pour eux! Il y aurait tant à dire. Non je n'ai pas d'engagement direct, sauf celui de défendre le respect de tout Homme. Et je trouve qu'en ce moment, c'est pas top : affaire ADN et bientôt l'affaire des statistiques ethniques (j'en dirais plus dans quelques jours). Je vais même vous dire que je ne donne jamais une pièce directement aux personnes qui vous accostent au feu car derrière souvent il y a des trafics de personnes sans scrupules qui profitent de la misère. Je préfére passer par des associations. Je pense que nous sortirons de cette situation (si nous restons optimiste) par une vision globale et des échanges Nord/Sud réfléchis hors des intêrets commerciaux et de pouvoir. On nous parle maintenant d'immigration choisie. Cela ne veut-il pas  dire que nous exploiterons une fois de plus l'intelligence des pays sous-développés, à un cout salarial moindre, pour notre propre économie et continuer à élargir le fossé entre pays riches et pays pauvres... On marche à l'envers.