+ 1,7 millimètre par an...

Publié le par Arnaud

Changement climatique : les eaux montent (doucement)...

dimanche 06.12.2009, 05:05 - Y. B.


 Coup de vent à Wissant, victime d'une forte érosion de sa baie, creusée de 200 m au cours des 50 dernières années. PHOTO ARCHIVES PIERRE LE MASSON. Coup de vent à Wissant, victime d'une forte érosion de sa baie, creusée de 200 m au cours des 50 dernières années. PHOTO ARCHIVES PIERRE LE MASSON.

Sécurité oblige, les services de l'État ont mesuré l'élévation du niveau de la mer dans notre région. Des marégraphes installés à Boulogne-sur-Mer depuis 1946 et à Dunkerque depuis 1951 permettent une vision relativement précise de la situation. ...

 

 

Résultat : + 1,7 millimètre par an pour Dunkerque et + 4 mm par an à Boulogne (+ 1,6 par an à Douvres). Vue des satellites, la fourchette d'élévation est comprise entre + 1,3 mm et + 2,3 mm par an.

 

Et alors, dirons-nous ? Tout Copenhague pour si peu ? Prenons le problème autrement. On sait qu'à l'horizon 2070, le nord de la France se trouvera dans la moyenne haute des variations de températures, autour de + 1,1 °C en valeur médiane mais avec des pics à + 1,6 pour les étés à venir. Or, une hausse d'un degré Celsius provoque notamment le recul du trait de côte d'Opale aujourd'hui menacé sur plus de 75 % de sa longueur. C'est concret, + 1,8 °C fait monter la mer de 18 cm, + 4 °C la fait monter de 60 cm. « Si rien n'est fait, la mer devrait monter d'un mètre en France en 2100 », indique Julien Henique aux risques naturels de la DREAL (ministères de l'Industrie et de l'Environnement à Lille).

 

 

On attend une élévation de 30 à 40 cm en France en 2050, ce qui inquiète grandement les responsables de la gestion des wateringues, ce polder de notre Flandres maritime qui évacue son eau par pompage sur 85 000 hectares. Avec 30 cm de plus, il faudrait pomper 180 fois plus !

 

Renforcer les digues

L'un des effets les mieux mesurés actuellement concerne les surcôtes, ces élévations temporaires du niveau de la mer occasionnées par les tempêtes (celle de novembre 2007 a fait monter l'eau de deux mètres à Dunkerque !). Ces surcôtes ne sont pas plus fréquentes aujourd'hui mais elles devraient être plus violentes, et plus hautes d'environ 30 cm à chaque fois et ce dès la prochaine décennie.

 

L'État met en place à Lille une stratégie d'adaptation aux risques de submersions marines. Il faudra renforcer les digues et les ouvrages protecteurs sur la terre aujourd'hui ferme. Les courbes actuelles ne sont pas rassurantes quand on les prolonge sur les siècles. En 2100, la mer serait 5 mètres plus haute selon le marégraphe de Boulogne et 3,5 mètres plus haute selon Dunkerque.

Publié dans dossier wateringues

Commenter cet article